The blog of blog of blogs

Les aventures d'un ethnologue dans le grand monde

The sunscreen song 21 novembre 2020


Everybody’s free (to wear sunscreen).

Produced by Josh G. Abrahams, Nellee Hooper & Baz Luhrmann.

The Sunscreen Song – 10 Year Tribute (Everybody_s Free)

« Ladies and Gentlemen of the class of ’97 :

Wear sunscreen. If I could offer you only one tip for the future, sunscreen would be it. The long term benefits of sunscreen have been proved by scientists whereas the rest of my advice has no basis more reliable than my own meandering experience. I will dispense this advice now

Enjoy the power and beauty of your youth; or never mind. You will not understand the power and beauty of your youth until they have faded. But trust me, in 20 years you’ll look back at photos of yourself and recall in a way you can’t grasp now how much possibility lay before you and how fabulous you really looked. You are not as fat as you imagine

Don’t worry about the future; or worry, but know that worrying is as effective as trying to solve an algebra equation by chewing
Bubblegum. The real troubles in your life are apt to be things that
Never crossed your worried mind; the kind that blindside you at 4 PM on some idle Tuesday

Do one thing every day that scares you

Sing

Don’t be reckless with other people’s hearts; don’t put up with people who are reckless with yours

Floss

Don’t waste your time on jealousy; sometimes you’re ahead, sometimes you’re behind. The race is long, and in the end, it’s only with yourself

Remember the compliments you receive; forget the insults. If you succeed in doing this, tell me how

Keep your old love letters. Throw away your old bank statements

Stretch

Don’t feel guilty if you don’t know what you want to do with your
Life. The most interesting people I know didn’t know at 22 what they wanted to do with their lives. Some of the most interesting 40-year-olds I know still don’t

Get plenty of calcium

Be kind to your knees, you’ll miss them when they’re gone

Maybe you’ll marry, maybe you won’t
Maybe you’ll have children, maybe you won’t
Maybe you’ll divorce at 40
Maybe you’ll dance the funky chicken on your 75th wedding anniversary
Whatever you do, don’t congratulate yourself too much, or berate yourself either. Your choices are half chance; so are everybody else’s

Enjoy your body. Use it every way you can. Don’t be afraid of it, or what other people think of it. It’s the greatest instrument you’ll ever own

Dance, even if you have nowhere to do it but in your own living room

Read the directions, even if you don’t follow them

Do not read beauty magazines; they will only make you feel ugly

[Hook]
Brother and sister
Together, we’ll make it through
Someday our spirits
Will take you and guide you there
I know you’ve been hurting
But I’ve been waiting to be there for you
And I’ll be there just helping you out
Whenever I can

Get to know your parents; you never know when they’ll be gone for good

Be nice to your siblings; they are your best link to your past and the
People most likely to stick with you in the future

Understand that friends come and go, but for the precious few you
Should hold on

Work hard to bridge the gaps in geography and lifestyle, because the older you get, the more you need the people you knew when you were young

Live in New York City once, but leave before it makes you hard

Live in Northern California once, but leave before it makes you soft

Travel

Accept certain inalienable truths: prices will rise, politicians will philander, you too will get old– and when you do, you’ll fantasize that when you were young prices were reasonable, politicians were noble and children respected their elders

Respect your elders

Don’t expect anyone else to support you

Maybe you have a trust fund, maybe you have a wealthy spouse; but you never know when either one might run out

Don’t mess too much with your hair, or by the time you’re 40, it will look 85

Be careful whose advice you buy, but be patient with those who supply it
Advice is a form of nostalgia. Dispensing it is a way of fishing the past from the disposal, wiping it off, painting over the ugly parts and recycling it for more than it’s worth

But trust me on the sunscreen

[Hook]
Brother and sister
Together, we’ll make it through
Someday our spirits
Will take you and guide you there
I know you’ve been hurting
But I’ve been waiting to be there for you
And I’ll be there just helping you out
Whenever I can

Everybody’s free
Everybody’s free
Oh, yeah
Don’t you fear »

 

Citation (24) : en tuer 11 novembre 2018


 » (…) Dans vos poitrines, battent des cœurs braves et forts d’hommes libres.

Personne ne regardera en arrière, personne ne reculera d’un pas.

Chacun n’aura qu’une pensée : en tuer, en tuer beaucoup, jusqu’à ce qu’ils en aient assez.

Et c’est pourquoi votre général vous dit : cet assaut, vous le briserez et ce sera un beau jour. (…) »

.

Général Henri Gouraud commandant la IVe Armée française et la Ie Armée américaine avant la seconde bataille de la Marne, qui bloqua l’avancée de l’ennemi puis aboutit à l’armistice cinq mois plus tard, le 11/11/1918.
Après son décès en 1946, il fut enterré conformément à ses dernières volontés dans l’Ossuaire national de Navarin, parmi ses hommes tombés au combat.

.


.
.
.

 

Plus loin, plus ancien 21 juin 2017


Depuis le numéro du magazine Nature daté du 8 juin 2017, nous avons vieilli collectivement de 100.000 ans -au bas mot.
Si vous-vous souvenez bien en effet, depuis vos années de collège, vous avez appris qu’Homo Sapiens (nous !) est âgé d’environ 200.000 ans, tels que des restes de squelettes ont permis de l’attester dans la zone du grand rift d’Afrique de l’Est.
Il s’agit bien de nous et je ne parle pas par métaphore, car n’importe quel enfant de 3 ans depuis cette époque aurait été capable d’être scolarisé dans l’une de nos écoles maternelles sans qu’on puisse le distinguer des autres (moyennant un apprentissage de la langue).
Vous ne pourriez pas distinguer ses parents si vous les croisiez dans la rue.
Pour résumer, depuis qu’Homo Sapiens existe, aucun de ses membres n’est différent des 7 milliards d’humains qui peuplent aujourd’hui la surface de la terre, ni physiquement, ni en termes de diversité culturelle ou de capacités mentales.

C’est toujours vrai depuis le numéro de juin 2017 du magazine Nature… sauf que c’est vrai sur 100.0000 ans de plus et sur une zone d’origine qui n’est plus l’Afrique de l’Est mais le continent africain tout entier.

.

Jusque-là en effet, le matériau scientifique laissait penser que nous (Homo Sapiens) étions nés à l’Est du continent africain, dans la savane alors qu’à l’Ouest, les singes avaient perduré dans les forêts denses.
De cette régions du Rift, l’être humain avait alors cheminé jusqu’à sortir d’Afrique pour peupler le reste de la planète. En Europe, nous avions côtoyé Neandertal, un autre genre d’Homo.
L’histoire du genre humain était linéaire à la fois en temps et en géographie. Pas d’hésitation, pas de détour, ni de chemin de traverse.
Cette histoire là on l’apprend à l’école (jusqu’à la prochaine révision des manuels).

Sauf que…
Sauf qu’au Maroc à Jebel Irhoud, une recherche archéologique a exhumé en 2004 des squelettes qui ont été étudiés pendant 10 ans et dont l’analyse remet en cause la linéarité du peuplement humain et son ancienneté.
La présence d’être humains à l’Est de l’Afrique il y a 200.000 ans n’est pas remise en cause : ils étaient effectivement là.
Mais 100.000 ans avant, il y en avait déjà à l’extrême Ouest du continent à 9.500 km de là.

.

La théorie admise selon laquelle les humains actuels descendent d’une population unique qui vivait dans l’unique région éthiopienne reste pertinente (la théorie « East side story »).
Mais avant la grande migration qui a poussé Sapiens à sortir d’Afrique (la théorie « Out of Africa »), il y avait donc déjà eu une migration propre au continent africain pendant au moins 150.000 ans.
Nous étions bien là, dans l’actuelle Éthiopie, mais aussi près de l’Atlantique et -très probablement- dans beaucoup d’autres endroits d’Afrique dont Florisbad dans l’actuelle Afrique du Sud où un crâne de Sapiens a été daté à 265.000 ans.
Et nous avons du prendre l’habitude -très probablement- de côtoyer sporadiquement d’autres Homo qui n’étaient pas Sapiens.
A la même période par exemple notre ancêtre à tous Homo Erectus, une lignée vieille de presque deux millions d’années, circulait aussi sur les mêmes sols.
Nalédi, Neandertal, Erectus, Florensis… toutes ces « branches minoritaires » du genre Homo sont désormais éteintes, mais au moment où Sapiens s’éparpillait gaiement de par le monde, il a forcément croisé ses cousins et, non, ils ne se pas toujours fait la guerre.
Avec une population d’humains estimée à 800.000 individus dans toute l’Afrique et 10.000 Néandertal en Europe, il est probable (hypothèse) qu’ils ne se considéraient pas comme des concurrents ou des ennemis a priori.
Les ressources étaient abondantes et le premier risque n’était pas incarné par un camarade bipède, loin de là.
Pour preuve qu’il y a eu des échanges intimes (et fructueux) : la population européenne actuelle possède 2% de gènes Neandertal.

.

Les humains d’il y a 300.000 ans avaient les ressources matérielles et psychologiques pour vivre côte à côte avec des humains qui n’étaient pas Homo Sapiens.
Il y a 300.000 ans d’ailleurs, il n’était pas certain que ce soit Sapiens qui finisse par être le seul survivant. D’autre conditions naturelles auraient pu faire de Neandertal la lignée persistante.

evolution-homo_humain_anthropologie-ethnologie

L’histoire de l’être humain s’avère donc plus complexe et plus dense que prévu.
Cette augmentation du niveau de complexité est souvent le signe d’un gain qualitatif en science, car les explications qui rendent la réalité plus simple sont en général extrêmement suspectes.

.

En termes de théorie anthropologique, la découverte de Jebel Irhoud n’est pas une révolution (toutes proportions gardées et mis à part tout ce qui vient d’être dit sur son importance).
Cette découverte renforce par contre un positionnement déjà existant, qui voit l’existence humaine se déployer dans le temps long et dans des configurations culturelles multiples dont aucune ne peut se prévaloir d’être meilleure que les autres.
A l’échelle de l’espèce humaine, cette variété des configurations sociales est porteuse de vitalité.
C’est aussi une plus grande probabilité de survie.

 

leroi-gourhan_le fil du temps_ethnologie-prehistoire

L’ethnologue, qui étudie les variances culturelles du genre humain, se retrouve contraint à émettre des hypothèses invérifiables quant au mode de vie de ces lignées disparues.
Sujet de thèse : à quoi et comment pensait Homo Erectus ?
Le seul matériau de l’ethnologue, c’est Homo Sapiens.

L’intérêt de la découverte de Jebel Irhoud réside aussi dans les questions que l’ethnologue peut se poser à lui-même.
A quoi ressemble une théorie en sciences humaines quand on la mesure l’aune de François Rabelais et son fameux « Science sans conscience n’est que ruine de l’âme » ?
Quelle est en effet la conséquence du savoir anthropologique ? Que peut-on en faire et quel objectif le chercheur peut-il se donner ?

.

D’ailleurs il ne s’agit pas de comprendre et d’expliquer une culture. « Une » culture ça n’existe pas. La bonne perspective est d’envisager les liens, les échanges entre cultures.
Répétons-le : la mondialisation est aussi ancienne que l’apparition de l’humain sur Terre.
A cet égard, emprunts, dons et bricolages symboliques permettent les traductions d’un groupe à l’autre et c’est par ces échanges que nous, Sapiens, avons pu perdurer et croître en tant qu’espèce depuis presque un demi-million d’années.
Le fait que tous les groupes soient enclins à se considérer comme plus digne que les autres pour représenter l’humanité (théorie de l’ethnocentrisme) est un réflexe spontané qui n’étonnera personne… comment reprocher aux membres d’une culture d’y être viscéralement attachés ?
Cette autoprotection nécessite pourtant d’être fermement bridée pour ne pas engendrer de rejet irraisonné; c’est la condition pour qu’elle soit positivement utile en servant de sas ou de tampon dont la fonction première n’est pas de rejeter la différence d’autres groupes mais de se donner le temps de bricoler un mode d’échange culturel collectivement acceptable.

.

C’est donc là qu’intervient l’anthropologue américaine Ruth Benedict :
« The purpose of anthropology is to make the world safe for human differences. »
L’objectif de l’anthropologie est de rendre le monde sûr pour les différences humaines.

.

sans-titre

.

.

.

 

 

Les 15 possessions de James Altucher 31 décembre 2016


[Un article du New York Times a attiré mon attention et depuis plusieurs mois que j’y pense, je ne peux m’empêcher d’être marqué par la description d’un contexte occidental qui nous est à tous extrêmement familier, mais en même temps qui génère un mode de vie vraiment particulier au niveau individuel. Avant-garde ou marginalité, il n’est pas question de porter un jugement sur James Altucher, par contre il est intéressant de travailler sur les facteurs qui ont pu générer sa vision si singulière de l’existence. Car  des millions d’autres personnes dans le même contexte socioculturel ne développent pas du tout ce paysage mental, cet ethnoscape (comme dirait Arjun Appadurai). Une chose est sûre cependant, l’écart de vision du monde entre l’immense majorité de la population et James Altucher nous place presque en situation d’ethnologie du proche… Je reproduis l’article d’août 2016 ici, in french. ]

.

« James Altucher est probablement le plus improbable des gourous du succès. Il est environ 10 heures en ce matin ensoleillé et il emballe dans un sac tout ce qu’il possède au monde : 15 objets.

Si je meurs, mes enfants auront ce sac en héritage,” dit monsieur Altucher ironiquement, alors qu’il range son ordinateur portable, un iPad, trois pantalons chino, trois tee-shirts et un sac de james-altuchercongélation contenant 4.000 dollars en billets de deux dollars. “Les gens se souviennent bien de vous quand vous laissez des pourboires de deux dollars” dit-il, en quittant le loft d’un ami situé à East 20th Street.

Il y a quelques mois, le garçon de 48 ans a laissé expirer le bail locatif de son appartement à Cold spring, New York et il a jeté ou donné quasiment toutes ses possessions, plus de 40 sacs poubelle de linge, vaisselle, vêtements, livres, diplômes universitaires et même d’albums photos de son enfance. Depuis lors, il rebondit de locations Air B’n’B en appartements d’amis.

Ce n’est pas qu’il ait manqué de chance. Plusieurs de ses 16 livres se vendent extrêmement bien, y compris son manifeste de développement personnel écrit en 2013 “Choose Yourself”. Ses podcasts hebdomadaires “The James Altucher Show,” proposent des interviews avec des personnalités aussi diverses que Ron Paul ou Luther Campbell du groupe 2 Live Crew. Sa série quotidienne “Question of the Day,” avec Stephen Dubner est téléchargée à peu près deux millions de fois par mois.

M. Altucher est simplement quelqu’un qui met en pratique ce qu’il prêche. Ces cinq dernières années, cet ancien entrepreneur de l’internet, investisseur et conseiller en finance s’est réinventé en gourou du développement personnel et du self-help. Il prêche la survie à une époque où le rêve américain ressemble à une escroquerie qui se résume à un diplôme encadré au mur, un bureau en étage élevé et une maison avec trois chambres. Alors il s’en est séparé, un élément à la fois.

J’ai une ambition,” dit-il, “c’est de ne pas avoir d’ambition.”

.

Ces 25 dernières années le revenu moyen a diminué pour les 18-35 ans, l’endettement des étudiants a explosé” commente-t’il. “Nous avons distribué trois milliards de milliards de dollars de sauvetage pour les banques et les inégalités de revenu ont augmenté comme jamais. Les gens sentent qu’ils se sont bien fait avoir.”

Le diagnostic de James Altucher n’est pas une surprise pour la classe moyenne anxieuse, pour les dépossédés, qui ont propulsé très loin les populismes de Bernie Sanders et Donald Trump. Mais alors qu’il n’y a pas pénurie de colère et de confusion sur l’effondrement supposé du Rêve Américain, ce qui fait la particularité de monsieur Altucher est la conclusion qu’il en retire.

L’université dit-il, est une perte d’argent. Bien qu’il soit lui-même diplômé de Cornell, M. Altucher affirme que le diplôme universitaire est devenu un luxe dans un monde où les enfants nés au tournant du XXIe siècle se sentent comme des esclaves de crédits qu’ils ont contracté pour financer leurs études tout en ne pouvant pas trouver de premier emploi ensuite, non pour gagner leur vie mais pour rembourser leurs dettes. Dans un livre en auto-édition publié en 2012, (40 Alternatives to College) il argumente que les jeunes adultes pourraient parcourir le monde, s’éduquer sur internet par eux-mêmes et démarrer un business avec les mêmes 200.000 dollars qui leur servent à payer la fac. (NDT : aux Etats-Unis le college est l’équivalent de notre université. Notre collège français est appelé High school)

Investir cet argent à un taux d’intérêt de 5% offrirait un meilleur bénéfice à l’échelle d’une vie, écrivait-il dans un article en 2010 intitulé N’envoyez pas vos gamins à l’université.

.

james-altucherIl argumente similairement que la propriété immobilière est une confiscation au profit d’une industrie du crédit qui pèse 14 milliards de milliards de dollars. C’est une arnaque complète,” dit-il dans une interview. “Personne ne devrait mettre plus de 5 ou 10% de son patrimoine dans un seul investissement. Mais lorsque les gens achètent de l’immobilier ils perdent toute prudence. Ils mettent 50, 60 ou 70% de leur richesse dans un seul objet. C’est du patrimoine illiquide et lorsque les temps deviennent durs, vous ne pouvez pas le vendre.”

Et il pense que l’investissement en bourse est un racket. Cette vision du monde est ancrée dans des expériences personnelles qui font ressembler sa vie à des montagnes russes, des expériences qui ont profondément influencé sa vision du monde. Dans les années 1990 alors qu’il était un magicien dans la Silicon Valley, James altucher gagnait des millions avec son entreprise de design web Reset, Inc. Il avait pour clients Sony ou Miramax. Bientôt, lui et sa femme Anne (dont il divorce en 2010) aquièrent un loft de 460m² à TriBeCa, acheté 1,8 millions et rénové pour 1 million de plus. Il était assez aisé à cette époque pour aller jouer au poker à Atlantic City en hélicoptère.

Ce mode de vie prodigue ne remplissait cependant pas son vide émotionnel. “Personne ne devrait se sentir désolé pour moi. J’étais vraiment stupide, mais je pensais que j’étais pauvre. Je pensais que j’avais besoin de 100 millions pour pouvoir être heureux, alors j’ai commencé à investir dans plein d’autres entreprises qui se sont avérées aussi nulles que moi. Aucun de ces investissements n’a fonctionné.”

Alors que sa bonne fortune s’effondrait, il fut obligé de revendre son appartement avec une perte d’un million, après les attaques du 11 septembre 2001. Pour remplumer son patrimoine, il misa sur le marché boursier. Il lut plus d’une centaine de livres sur l’investissement et finit par décrocher un travail pour écrire sur le site de James Cramer, TheStreet, et plus tard pour le Financial Times. Très vite, son crédo devint sa marque de fabrique et il travailla aussi pour CNBC.

Mais la chance tourna à nouveau quand commença la crise financière de 2008. Le hedge fund qu’il dirigeait fut fermé, des start ups où il avait investi firent faillite, plus personne ne lui demanda d’écrire d’article. Les options n’étaient plus si nombreuses et il choisit alors de raconter ses déboires sur son blog personnel Altucher Confidential. J’ai juste dit ‘J’ai fait toutes les erreurs possibles et imaginables, voici comment ça s’est passé’ ” A ses amis du secteur de la finance, il ressemblait à Howard Beale, l’homme-clé de l’émission Network, celui qui s’est effondré en direct .

Au lieu de recommander les derniers fonds spéculatifs à la mode, il écrivit des articles comme 10 raisons pour ne plus jamais posséder d’actions (la première étant que vous n’êtes pas bon pour les choisir). Il avoua des pensées suicidaires. Pour le monde de la finance, c’était comme regarder un accident de train en direct,” commente M. Altucher. “Des gens à qui je n’avais pas parlé depuis le collège m’appelaient pour demander si j’allais bien. ”

Il découvrit alors que plein de gens avaient vu leurs rêves partir dans le siphon de la crise. Eux aussi cherchaient une sortie de secours. “La recherche n°1 sur Google qui amène les internautes vers mon blog c’est ‘Je veux mourir’ ”.

Mais James Altucher ne semble pas la meilleure personne vers qui chercher du réconfort. Très contrarien, livresque et avec un phrasé saccadé, ce geek maigre du New Jersey est comme un anti-Anthony Robbins, la brillante étoile du self-help et du développement personnel. Son style de gars normal s’est pourtant avéré être un avantage pour créer une communauté de followers importante sur le thème du gagner un peu-perdre un peu et de “piratages d’existence”.

Il y avait le régime de 17 heures, où l’on ne mange plus rien après cette heure ; ou encore le truc de l’alien contre l’anxiété où il prétend être un extraterrestre qui se réveille chaque matin dans un nouveau corps, dans un nouveau monde. “Je n’ai plus de soucis puisque demain j’aurai un nouveau corps. Pas d’envie, pas de souci. Seulement de nouvelles choses à explorer.”

De manière candide, en écrivant sur ses triomphes et ses échecs, M. Altucher montre à ses lecteurs “comment réussir malgré leurs défauts, pas en n’ayant aucun défaut” commente Tim Ferriss, l’auteur du célèbre livre La semaine de 4 heures . “C’est très rafraîchissant, dans un monde où tous les gourous sont positifs et affichent des sourires forcés tout en congratulant des gens qu’ils ne connaissent pas.” Mais le ton positif de M. Altucher a quand même bien aidé, malgré ses points de vue piquants sur des sujets comme l’université. “Je suis un optimiste,” dit il. “Il y a une nouvelle publiée dans les années 1960 par Richard Fariña, intitulée J’ai si souvent été en bas que ça ressemble à être en haut pour moi. Fondamentalement, je suis tombé au sol tellement de fois, maintenant je sais qu’on peut toujours rebondir et chaque fois plus rapidement.”

Cette philosophie est très clairement exposée dans son ouvrage “Choose Yourself,” qu’il a résumé pendant un repas de cette manière : “Si vous ne choisissez pas la vie que vous voulez mener, il y a de grandes chances pour que quelqu’un d’autre choisisse à votre place. Et le résultat en général n’est pas beau à voir.” Certains chapitres s’appellent Comment être moins stupide (“Je perds 20% d’intelligence lorsque j’éprouve du ressentiment”) et Les sept habitudes des gens hautement médiocres (la procrastination, écrit-il, “est votre corps criant que vous devriez vous poser pour réfléchir à ce que vous faites”).

Un élément clé du livre est la Pratique Quotidienne , qui est une suite d’exercices de bien-être appliqués au physique, à l’émotionnel, au mental et au spirituel. Il appelle cela les quatre piliers du bonheur, parce que “une chaise a besoin de quatre pieds pour être stable. ”Et il n’y a jamais eu de meilleur moment pour se choisir soi-même (NDT : Choose yourself, le titre du livre en anglais).

Pas besoin d’être Mark Zuckerberg, dit-il, pour s’affirmer comme entrepreneur. « Vous pouvez apprendre les bases du développement web, vous pouvez rejoindre Codeacademy.com, savoir l’essentiel pour démarrer en trois mois, puis vendre votre savoir-faire sur Freelancer.com, où vous trouverez des millions de jobs. Je connais des gens de 15 ans qui se font quelques milliers de dollars par mois.

Grâce à l’auto-édition vous n’avez pas non plus besoin de vous appeler Deepak Choprah pour vendre vos livres (et encore moins pour les écrire). “Tout le monde peut être expert dans un domaine. Moi par exemple : je n’ai pas été actif dans une cuisine depuis 20 ans. Je déteste le végan. Mais ça ne serait pas difficile de lire 50 livres sur le véganisme, trouver les ingrédients fondamentaux et écrire un livre intitulé Recettes végan pour les non-végan.

Lui il sait. “Choose Yourself,” qu’il a auto-édité sur Amazon s’est vendu à plus de 500.000 exemplaires et est entré dans la liste des best sellers du Wall Street Journal.

Ses fans ne jurent que par lui. L’un d’eux, a récemment écrit un essai sur Medium décrivant à quel point il l’avait inspiré pour quitter son travail frustrant et lancer son propre business NomadFly.me . “Maintenant je danse en sous-vêtements », clame-t’il. « Je n’ai plus jamais eu d’attaque de panique. »

A talk he gave at a London church last year drew about 1,000 people, and fans have organized “Choose Yourself” meetups in cities around the world. On LinkedIn, where he publishes original free essays, Mr. Altucher has more than 485,000 followers and is ranked the No. 4 “influencer,” after Bill Gates, Richard Branson and Mohamed A. El-Erian, the financier and author.

Il est le Oprah Winfrey de l’internet,” dit Kamal Ravikant, un entrepreneur qui a auto-publié son propre best seller : “Love Yourself Like Your Life Depends on It.”

Mais contrairement à la plupart des gourous, “James est dans un voyage très personnel, en permettant à ses lecteurs et auditeurs de le rencontrer et de suivre ses pérégrinations en temps réel,” dit Brian Koppelman. “Il vous raconte un projet le samedi et le dimanche il vous dira comment ça s’est fini en échec. Puis le lundi il annonce qu’il va recommencer d’une autre manière.”

M. Altucher, en fait, réfute totalement l’idée d’être un gourou. Mes conseils sont mon autobiographie. Je dis ce qui a bien fonctionné pour moi, pour que d’autres puissent choisir d’essayer à leur tour ou pas.”

Qui plus est, ce qui fonctionnait hier n’est jamais garanti de fonctionner demain.

C’est comme Mike Tyson dit-il, Tout le monde a un plan, jusqu’à ce qu’il se prenne le premier coup en pleine face.

.

15-possessions_le-voyageur-heureux-voyage-leger

« Le voyageur heureux voyage léger » pourrait être la devise de James Altucher, s’il n’avait pas appris à se méfier des fausses promesses de bonheur du Rêve Américain.

.

.

 

 

Lectures du soir 2 septembre 2016


illustration092016

 

Les connexions empathiques 2 février 2016


 

Deux des producteurs de la série Sense8 ont aussi fait Matrix et Cloud Atlas : Lana et Andy Wachowski, excusez du peu. Compte tenu de leur maîtrise cinématographique, on pourra d’ailleurs se demander pourquoi les Wachowski sont allés mettre de l’argent dans une série télévisée, qui n’est pas un genre créatif particulièrement estimé. Mais à bien y réfléchir, quand on voit la stérilisation progressive des productions de cinéma, il faut peut-être accepter l’idée qu’aujourd’hui c’est dans le format de la série que l’on peut trouver la liberté de ton, la créativité et la qualité presque littéraire.

D’ailleurs dans ces trois domaines, toutes sortes de choses étranges se produisent au cours de la série Sense8, à commencer par demander un effort au spectateur pour dépasser les trois premiers sense8-characters-_empathie_empathy_wachowskisépisodes, tant ils paraissent confus et lents.
Quelle est la dernière production culturelle qui vous ait demandé de faire un effort ?
Les personnages de la série sont des humains parmi d’autres -ou presque-. Ils ne sont pas auréolés de lumière divine ni dotés d’une technologie toute puissante. Ils sont faibles, vulnérables et sûrement pas supérieurement intelligents… et le démarrage poussif des trois premiers épisodes le montre bien : les personnages eux-mêmes ne comprennent rien à ce qui leur arrive… c’est un pari risqué de mise en scène car ça a dû couter beaucoup de spectateurs potentiels, qui sont partis non pas avant la fin mais avant le début de l’intrigue.

Les spectateurs les plus rigoristes seront aussi exaspérés par le libéralisme moral qui domine l’état d’esprit des protagonistes.
Mais la série Sense8 n’est pas faite pour les esprits fermés.
Le cœur du sujet est même exactement l’inverse : Sense8 nous parle de transhumanisme   –l’idée que dans le futur l’espèce humaine pourrait devenir davantage que ce qu’elle est aujourd’hui sous le nom d’homo sapiens-sapiens. Mais le transhumanisme de Sense8 ne se fait pas à coups de prothèses technologiques ni de modifications du génome par des biopunks en laboratoire plus ou moins stérile. Pour une série classée dans le genre science-fiction, on pourra bien s’en étonner : ça ne parle pas de technologie ou, du moins, la technologie n’est pas l’élément le plus important.

.

L’élément le plus important ce sont les gens et les relations qu’ils entretiennent. Leurs émotions, leur empathie et la complémentarité de leurs compétences   -cette même complémentarité qui souligne l’idée du tout, meilleur que l’addition des parties.

Et contrairement aux récits catastrophistes habituels sur l’émergence d’un nouvel être humain amélioré, le transhumanisme ne semble plus si suspect avec Sense8. La force des protagonistes est de pouvoir établir une connexion émotionnelle. C’est leur capacité à ressentir l’émotion d’autrui qui les fait passer au stade ultérieur de l’évolution d’homo sapiens. Bien sûr, nous sommes à la télé… tout n’est donc pas particulièrement subtil… mais les réalisateurs parviennent à faire passer le message : le moyen pour rendre l’être humain meilleur nous l’avons déjà. C’est l’empathie… et c’est en totale opposition avec les préjugés largement répandus sur le comportement humain, qui serait d’abord motivé par l’intérêt personnel, la soif de pouvoir et la maximisation du profit. sense8_empathie_empathy_wachowskis
Les économistes savent de quoi je parle, c’est eux qui ont inventé ce postulat de l’homo economicus.

.

Les auteurs de science-fiction ne sont pas censés aborder ce genre de sujets, encore moins s’ils ont réalisé la trilogie Matrix. Où sont donc les vaisseaux spatiaux, les robots et les concepts révolutionnaires ?! Où sont les superpouvoirs des X-men ? Où est HAL de 2001 : l’odyssée de l’espace ? Où est le voyage temporel d’Interstellar ? Où est le robot qui rêve et ressent de émotions de i, robot ? Rien de tout cela n’a d’importance si les êtres humains ne font pas preuve d’empathie les uns envers les autres, nous répondent les Wachowski. Leur point de vue se défend bien et ça semble même sexy, enrichissant et concrètement utile.

.

Les récits de science-fiction souffrent généralement de deux faiblesses : le futur est compliqué (pas complexe, mais compliqué), déprimant et ennuyeux ; et son esthétique est théâtrale : soit néofasciste, soit anarcho-biotechnologique. Le message implicite est que l’avenir de l’humanité est inséparable de la souffrance. Les acteurs de Matrix ont l’air très cool dans leurs vestes de cuir et leurs lunettes de soleil, oui –mais ce sont les robots qui ont vaincu ce crétin d’homo sapiens. Le paradoxe ressemble à un sarcasme visuel.

En poursuivant leur analyse dans Sense8, ceux-là mêmes qui ont fait Matrix suivent une bifurcation plus prometteuse. Ils explorent la piste déjà partiellement parcourue par James Cameron dans Avatar : l’être humain devient meilleur s’il peut voir le monde avec les yeux d’autrui. Et les Wachowski jubilent en supprimant même l’intermédiaire technique : Sense8 est plein de joie parce qu’on y voit des individus qui deviennent meilleurs grâce aux autres, sans l’amertume habituelle de la décadence futuriste ou la prédestination du superhéros.

.

Sense8 est donc d’abord une question posée aux auteurs de science-fiction en particulier et à tout les autres en général : faisons-nous une erreur en croyant que c’est le développement technologique qui permet l’amélioration de notre monde ? -question que l’on pourrait inscrire chaque année au fronton du Consumer Electronics Show (le CES de Las Vegas)… ou de n’importe quelle Exposition Universelle depuis 1851-   Car s’ils ne servent pas à cela, à quoi servent donc la pointe de flèche en silex, le Big Data, l’industrie logicielle, les énergies propres, les nanotechnologies, la réalité virtuelle,  l’Internet des Objets, les biotechnologies, le digital, la voiture autonome, les drones, et tous les autres ?

A sa manière souriante et humble mais pas moins déterminée, la série suggère une réponse alternative pour améliorer l’être humain : augmenter la compréhension qu’on a des autres, en utilisant l’émotion comme connecteur principal.

.
.
.
.

 

Citation (23) : histoire des pouvoirs 15 janvier 2016


Dans son ouvrage  Conjurer la peur   Editions Seuil, 2013, l’historien Patrick Boucheron raconte la résistance à la tyrannie des habitants de Sienne en 1338. Cette ville à l’époque a des traits bizarrement communs avec l’Europe du début du XXIe siècle : des banques chargées de dettes, une population apeurée qui cherche une solution pour éviter de disparaître avec pertes et fracas.

Pour son entrée au Collège de France le 17 décembre 2015, à la chaire d’Histoire des pouvoirs, il a donné un discours magistral non pas sur une région du monde lointaine, à une époque oubliée… non, Patrick Boucheron a révélé ce que l’histoire peut apporter au présent et aussi à l’avenir.
Un tel propos qui s’affirme un mois après l’attaque à l’arme automatique dans les rues de Paris est un défi lourd de sens, à commencer par la référence à la médaille datée de 1581 qui porte les mots latins Fluctuat Nec Mergitur.
On pourrait aussi citer un autre auteur fameux : « Toute politique qui porte en elle un principe de division finit par favoriser l’essor du racisme, dont la forme ultime est le génocide. » Jean-Loup Amselle : Branchements. Anthropologie de l’universalité des cultures. Ed. Flammarion, 2001.
Car l’histoire des pouvoirs c’est aussi cela : l’histoire des dominations, le renouvellement des « idéologies de la séparation» … et la résistance qu’on peut leur opposer.
Voir sur ce sujet : L’Exercice de la peur. Usages politiques d’une émotion, Presses Universitaires de Lyon, 2015.
.
L’avenir est toujours incertain et le pire toujours possible, comme dans l’Italie du XIVe siècle et comme à bien d’autres occasions tout au long de l’Histoire passée et à venir. De ce point de vue la référence au fascisme religieux du 13 novembre 2015 ne doit pas nous abuser : les dominations sont inscrites dans le principe social et dans l’existence même de l’État, quel qu’il soit. Il n’est qu’à lire les statistiques économiques pour comprendre qu’une domination n’est pas nécessairement physiquement violente ni très spectaculaire. Il suffit qu’elle soit.
L’historien invite donc chacun d’entre nous à « se mettre en travers de cette catastrophe lente à venir, qui est de continuation davantage que de soudaine rupture. » 
D’ailleurs ce n’est pas qu’une invitation, c’est une inspiration, comme quelqu’un qui vous pousse en avant en criant Vas-y, monte le son !
Défiant, irrévérencieux, méticuleux.

La rage d’espérer. L’idée fondamentale est de « se prémunir de la violence du dire » . Cesser d’être dominé par ce qui s’impose à nous, à commencer par la voix des autres : bavardage incessant ou silence apeuré.
Prendre le temps de construire sa propre idée. Laisser reposer jusqu’à ce que l’écume de surface ait disparu. Construire sa propre idée pour parvenir à avoir une voix individuelle.
…et lorsque cela se fait, de petites lumières s’allument : des promesses d’avenir.

.


.
Les cours de Patrick Boucheron seront intitulés cette année : Souvenirs, fictions, croyances. Le long Moyen Âge d’Ambroise de Milan, le lundi à 11h00 à partir du 4 janvier 2016. Ses séminaires débuteront le 12 avril sous le titre, Les effets de la modernité : expériences historiographiques.
Comme d’habitude dans la vénérable institution, tout est gratuit et sans inscription, sous réserve de places disponibles.
L’ensemble sera ensuite disponible sur le site du CdF : http://www.college-de-France.fr

.
.
.

 

Citation (22) : totalement 16 août 2015


 

 

« L’imperfection c’est la beauté; la folie c’est le génie et mieux vaut être totalement ridicule que totalement ennuyeux. »
.
– Norma Jeane Mortenson aka Marylin Monroe (1926 – 1962).
.
.

 

Citation (20) : polyvalence 23 janvier 2015


robert-anton-Heinlein« Un être humain devrait savoir changer une couche-culotte, planifier une invasion, égorger un cochon, manœuvrer un navire, concevoir un bâtiment, écrire un sonnet, faire un bilan comptable, monter un mur, réduire une fracture, soutenir un mourant, prendre des ordres, donner des ordres, coopérer, agir seul, résoudre des équations, analyser un nouveau problème, répandre de l’engrais, programmer un ordinateur, cuisiner un bon repas, se battre efficacement, et mourir bravement.
La spécialisation, c’est bon pour les insectes. »
.
Robert Anton Heinlein (1907 – 1988).

 

Peter Drucker et la gestion de soi 13 janvier 2015


.

Nous avons doublé notre espérance de vie depuis 1900 et, avec un peu de chance, nous pouvons espérer avoir une contribution significative au fonctionnement du monde pour environ 40 à 50 ans. C’est un total qui implique deux ou trois « carrières » au sens où nos parents l’entendaient.
Il n’est donc plus possible (ni souhaitable) de laisser l’Entreprise orienter nos vies au fil des politiques de ressources humaines, car il est très probable que l’entreprise mourra avant nous. Et elle nous entraînerait dans sa chute, si on se laissait faire.

Il n’est plus possible de déléguer la gestion de notre personne à une entité supérieure… Pour le meilleur et le pire, pour ce qui est de la gestion de soi, nous devons nous débrouiller seuls.

.

C’est un drame pour beaucoup d’entre nous, car c’est contraire à l’enseignement que nous avons reçu de nos parents, de l’école et de nos premiers mentors au travail. …mais c’est aussi l’opportunité de façonner notre existence -un peu- comme il nous plaît et comme ça nous convient.

A ce titre, le développement personnel permet de renforcer la conscience de soi, de construire notre identité (ou de la renforcer) et de développer nos talents. J’en ai déjà brièvement parlé avec l’article sur les limites de la tolérance ou la série sur les finances personnelles. Un autre domaine important serait le développement physique, notamment par le sport, mais ce n’est pas l’objet de ce blog (par contre, ici…).
En deux mots : c’est l’opportunité de devenir meilleur.
.
Comme vous aurez compris, nous sommes très largement au-delà du cadre de la vie professionnelle… et ce n’est pas une mince ironie que de reprendre un texte de Peter Drucker « Se gérer soi-même », l’un des pères fondateurs du management et de la théorie des organisations.
Cet article Managing Oneself est disponible en PDF  cliquez ici . C’est le chapitre 6 du livre Management challenges for the 21st century, publié en 1999.
.
Le développement personnel en France n’a cependant pas très bonne réputation. On y parle de manipulation mentale, de ‘gourous’ et de pseudo-psychologie… mais c’est ce qu’on appelle voir le verre à moitié vide. C’est pour cette raison qu’en langue française vous trouverez principalement des textes de mise en garde, alors que la même recherche en anglais (personal development) vous ouvrira un monde de possibilités. Ce qui ne doit pas vous faire abandonner tout esprit critique afin de trier le bon du mauvais !
Car le développement personnel, à l’échelle humaine, ce n’est rien d’autre que la version contemporaine du Connais-toi toi-même des anciens grecs. C’était déjà marqué à Delphes, sur le temple d’Apollon au VIe siècle avant notre ère : νῶθι σεαυτόν   et c’est aussi ce qui a inspiré Juvénal pour l’élégante formule du Mens sana in corpore sano : Un esprit sain dans un corps sain.

Existe-t’il un meilleur objectif de vie ?

Puisque ce n’est certainement pas une compétence innée, pour l’acquérir nous avons réellement besoin de l’expérience d’autrui, d’outils pour mieux nous connaître, pour nous améliorer et, en fin de compte, pour se construire une motivation supérieure à vivre : par rapport à soi-même, par rapport à autrui et par rapport à la direction que l’on souhaite donner à notre existence.

Connaître ma performance : Suis-je lecteur ou auditeur ?Solitaire ou équipier ?

Décideur ou conseiller ?

J’apprends en écrivant, en répétant à haute voix, en agissant ?

Connaître mes valeurs :Le test du miroir : puis-je me regarder en face ?Comment puis-je reconnaître un conflit entre mes valeurs et une situation ? Connaître mes points forts :L’analyse de feedback : au moment de prendre une décision, je note ce que j’en attends pour l’avenir. Environ 9 mois après j’évalue ce qui s’est passé réellement.Renforcer mes points forts jusqu’à l’excellence est moins difficile que de faire passer mes points faibles de médiocre à moyen.
Gérer ma contribution :Qu’est-ce que la situation impose de faire, ici et maintenant ? Est-ce que cela correspond à mes valeurs ? A mes points forts ?

  • Que faire
  • Où commencer
  • Quels objectifs viser
  • Quel planning

Suis-je meilleur dans une petite ou une grande organisation ?

Savoir dire Oui ; savoir dire Non.

Gérer mes relations :La politesse : première compétence dans un collectif.Prendre la responsabilité de ses relations.

Être responsable de sa communication, pas de la manière dont autrui l’interprète.

Annoncer : Voici ce que j’essaie de faire, pourquoi, comment, pour quels résultats. Demander aux autres de s’annoncer de la même manière.

Gérer ma seconde partie de vie / carrière parallèle :Utiliser ses points forts dans une autre organisation ou/et autre secteur d’activité.Tenter 10 heures par semaine en plus de l’activité principale (associatif, personnel).

Faire valoir son expérience et en être rémunéré (entrepreneur).

==> Pour se sauver de l’ennui, la mobilité est une condition de la stabilité personnelle.

.
.
.

 

La machine à innover 1 octobre 2014


Dans l’article sur l’innovation ‘lumineuse’ du fabricant américain MooresCloud, je concluais en abordant le thème de l’innovation au sens large et en proposant quelques pistes de réflexion.
.

L’innovation en effet est un concept fondamental de l’économie contemporaine, que ce soit pour le secteur marchand ou non marchand. Cette idée qu’il faut sans cesse se renouveler  n’est pourtant pas très ancienne. Elle apparaît dans la littérature économique en premier lieu en 1986  (traduction française) dans l’ouvrage L’avantage concurrentiel de Michael Porter puis dans L’avantage concurrentiel des nations paru en 1993.
Mais les théories de Porter ne sont pas que des théories… ce n’est pas pour rien qu’il est enseignant à la Harvard Business School.
Les plus éminentes sociétés de conseil et de stratégie utilisent chaque jour des outils qui reprennent les arguments de Porter pour évaluer l’environnement concurrentiel d’une entreprise en analysant 5 critères précis (« les 5 forces de Porter »). Lorsqu’une entreprise parvient ainsi à identifier son ou ses avantages concurrentiels elle peut se lancer (ou non) sur certains marchés. L’un des éléments qui président à la décision étant de savoir si on peut faire payer les clients aussi cher, tout en produisant moins cher que les concurrents.
da-vinci-innovatorC’est la stratégie par les coûts, quasi universellement appliquée aujourd’hui dans le monde, même par ceux qui pourraient s’en passer avantageusement.

Bien entendu l’acte d’innovation en lui-même existait avant Michael Porter et avant même la création de l’université Harvard en 1636. Le premier silex taillé il y a 2 millions d’années était un acte radical d’innovation, bien plus novateur qu’une énième version du téléphone à la pomme… Mais la nouveauté depuis la fin du XXe siècle est que l’innovation devient un impératif indiscuté de l’activité économique : Faites du neuf, sinon vous ne survivrez pas !  Et surtout, il s’agit de faire du neuf dans des domaines où vous n’avez pas forcément d’expérience préalable. Le problème que se posent alors les organisations est de savoir sur quoi innover. Quels domaines / services / technologies méritent un investissement ? C’est le dilemme de l’innovateur…

.
En 1997, le disciple de Porter, Clayton Christensen publie Le dilemme de l’innovateur, en anglais dans le texte : The innovator’s dilemma. Dans ce livre, Christensen impose la notion d’innovation disruptive, c’est-à-dire l’innovation de rupture . La ‘rupture’ serait, selon lui, le ressort de base pour toute organisation qui veut demeurer vivante et prospère. Il s’agit de dégoter un produit ou un service -même de qualité médiocre- que l’on va vendre à une population jusque-là délaissée. En répondant au besoin non satisfait de cette population et par le biais d’améliorations successives, on espère élargir les ventes aux autres clients et saper par le bas la position dominante des poids-lourds de ce marché. C’est ainsi que Martin Bouygues (Télécom) s’est fait humilier par Free Telecom. C’est aussi de cette façon que l’industrie du disque CD a été renversée par le téléchargement mp3, la photo argentique par le numérique ou peut-être dans un avenir un peu lointain, Arianespace qui sera renversée par Space X ou Orbital Sciences.
.

Le leitmotiv de l’innovation de rupture insiste sur l’accélération. Une accélération presque désespérée. Tout s’accélère à notre époque, tout va très vite et ça va tellement vite qu’on n’est pas loin de penser que tout va trop vite.innovation-economie_darwinisme-social
Dans un bel exemple de darwinisme socio-économique, l’argument de base pour répondre à cette accélération est qu’il faut sans cesse s’adapter -ou périr.
Les organisations qui n’innovent pas meurent > Vous n’innovez pas > Donc vous allez mourir.
Il faut se transformer en machine à innover sans cesse, sans arrêt et, oserais-je dire, sans poser de question.
Il faut savoir s’adapter, se réinventer, se révolutionner, changer de paradigme et parfois même « changer son ADN » pour pouvoir survivre, comme le revendiquait le fabricant de vêtements Gap en 2010.
En conséquence, si vous n’arrivez pas à vous adapter et que votre activité périclite, c’est sans doute parce que vous avez raté une marche de l’escalier du Progrès… donc c’est un peu complètement votre faute. Comme un bon gros diplodocus de l’ère Jurassique.
En philosophie, ce genre de raisonnement s’appelle un paralogisme : un raisonnement faux, énoncé par quelqu’un de bonne foi.
Tous les ânes sont têtus > Je suis têtu > Donc je suis un âne.
La véracité de la première prémisse (Tous les ânes sont têtus) n’étant pas prouvée, la suite du raisonnement ne peut donc être tenue pour vraie. Quelle définition donner de ‘têtu’ ? L’entêtement est-il effectivement une donnée native de chaque âne ayant vécu, vivant où à naître ? Et depuis quand peut-on attribuer aux animaux des caractéristiques morales ?
Sans parler du fait que, non, je vous assure, je ne suis pas un âne  -du moins pas zoologiquement parlant.

.

Le paralogisme de l’innovation de rupture pourrait se décrire ainsi :
Pour survivre il faut innover > Votre entreprise n’innove pas > Donc votre entreprise va mourir.
…alors que personne, jamais, n’a prouvé que l’innovation était un gage de vie éternelle.

Le problème avec les paralogismes c’est qu’ils ont seulement l’apparence d’un raisonnement rigoureux, mais aucune vérité ne peut en être déduite puisque l’énoncé de départ est erroné. En l’occurrence, ici, le rapport de cause à effet survie = innovation  n’est pas démontré, on ne peut donc pas en déduire que sans innovation c’est la mort garantie.

.

Toutefois, l’un des mérites de cette théorie « innovation-iste » est de dévoiler (même contre son gré) sa vraie weltanschaung, sa vision du monde.

disruptive-injnovation_based-on-fear-cultureOn a les théories qu’on mérite… et l’innovationisme de rupture est le reflet d’une époque marquée par l’anxiété comme fait social total  (relisez Marcel Mauss : Essai sur le don). L’environnement qui a façonné la théorie de l’innovation depuis Porter est celui des paniques, des menaces militaires asymétriques et des effondrements en tous genres : des marchés financiers aux marchés immobiliers en passant par les Twin Towers.
C’est la culture de la peur qu’on a mise en théorie économique.

Par rapport aux visions du monde précédentes qui parlaient ouvertement de Progrès moral universel au XVIIIe siècle, d’évolution biologique multi millénaire au XIXe siècle ou de croissance économique planétaire au XXe siècle, l’innovationisme de rupture au XXIe siècle a sérieusement réduit les ambitions qu’on pouvait espérer d’une « vision du monde ». Elle se limite désormais aux produits de la société de consommation : en utilisant le mot Innovation on n’a plus besoin de parler d’Amélioration, mais seulement de choses nouvelles.
La dernière vision du monde en date ne se propose plus d’améliorer ou de clarifier la présence humaine dans l’univers, comme depuis 3 siècles, mais de produire des objets neufs toujours plus rapidement. La question ne se pose même plus de savoir si une nouveauté est une amélioration.
Une critique un peu vicieuse pourrait ajouter que cette vision du monde est elle-même un produit de la société de consommation, car en d’autres termes, notre monde ne va peut-être pas de mieux en mieux, mais au moins nos objets vont se renouveler de plus en plus vite.
Pour une entreprise, cela signifie que la structure d’organisation interne est toujours temporaire, jusqu’à la découverte d’un nouveau marché porteur qui redéfinira les priorités de tous, qui bouleversera le collectif social et qui aboutira en fin de compte à moins de probabilités de survie.
.

Certes, la meilleure stratégie est de savoir changer de stratégie. Nous sommes tous d’accord sur cette nécessaire agilité fondamentale. Le fabricant japonais de voitures Mazda (マツダ株式会社) était à l’origine un fabricant de bouchons de liège. En voilà de l’agilité stratégique !
Mais il y a une nuance entre être agile et ne pas avoir de colonne vertébrale. Il y a une différence entre avoir une stratégie ‘adaptable’ et ne pas avoir de stratégie du tout. D’un côté on a de l’agilité tandis que de l’autre on a … du vide.
Ce serait un peu comme si vous deviez circuler en Renault Twingo sur une route urbaine puis investir le secteur du BTP pour construire une rampe d’accès avant de modifier votre Twingo en BMW M4 pour emprunter une autoroute puis, vous arrêter de nouveau pour devenir fabricant de meubles et ensuite transformer votre M4 en Ford Transit avant de charger un nouveau canapé, etc. et cela sans fin.

Ce qui est encouragé ici, c’est une innovation vide de signification par rapport à une stratégie claire.
Dans l’histoire des organisations humaines, inutile de vous dire qu’on a déjà vu mieux en termes d’efficacité à court terme et de pérennité à long terme… et pour rester dans la métaphore automobile, plutôt que de faire de la métallurgie lourde à chaque changement de voie, pourquoi ne pas faire en sorte que votre véhicule standard soit adapté à embarquer de la nouveauté en chemin, sur le siège passager ?

.

La théorie de l’innovation disruptive n’est ni l’explication définitive, ni la réponse infaillible au phénomène du changement dans les organisations : elle ne fait que l’encourager sans justification, comme le moteur d’une machine qui s’emballe… une machine à innover.
L’innovation n’est pas une loi mécanique, ni une conséquence logique de quoi que ce soit.
Comme toute théorie de gestion, c’est une construction relativement arbitraire qui renseigne d’abord sur la vision du monde de ses concepteurs et de ses adeptes : en l’occurrence, un monde anxiogène où la peur de l’embuscade empêche de voir les continuités et de comprendre que parfois, on a aussi intérêt à faire le pari du long terme.

.

norbertAlter_innovation-ordinaire

.

.

 

danah et le Réseau 4 septembre 2014


http://imagesenbref.com/grand-entretien-avec-danah-boyd/

france-culture_danah-boyd_interview2013_place de la toile
.
La journaliste française Claire Richard a mené cette interview avec l’ethnographe américaine Danah Boyd à New York, en vue d’une diffusion sur France Culture dans l’émission Place de la Toile.

Danah -qui se décrit sans majuscule par humilité- travaille pour la société Microsoft ainsi que pour l’université Harvard, au Berkman Center for Internet & Society.
Voici donc 45 minutes avec danah boyd où l’on croisera les thèmes de de la mise en scène de soi (cf. le concept d’extimité), de la sociabilité, de l’adaptation des outils aux besoins des utilisateurs, de la vie privée et des rapports de pouvoir entre utilisateurs et sites web  mais aussi le fameux Big Data… dont on comprendra que big ne signifie pas forcément better : la quantité ne fait pas la qualité.
C’est sur ce registre qu’en 2012 la revue Foreign Policy a inclus danah sur la liste des 100 penseurs mondiaux les plus influents, excusez du peu.
.
Son propos est magistral pour illustrer que si d’un côté les usages des technologies sont variés, d’un autre côté les lignes directrices qui président à ces usages sont souvent d’une simplicité lumineuse.

.

Le lien qu’elle établit entre espace virtuel et espace public ‘concret’ est particulièrement percutant : si la jeunesse passe autant de temps devant ses écrans, d’abord, ce n’est pas un signe de désocialisation pathologique et ensuite, c’est parce que nous, adultes avons apporté tellement de restrictions à la fréquentation de l’espace public que nos enfants ne s’y rendent plus. Le seul espace de liberté qui demeure pour se construire du lien social c’est le réseau. 
A ce titre donc,  »l’ascenseur social » est déjà en marche pour votre adolescent lorsqu’il est connecté sur Facebook depuis le fond de son lit à onze heures trente un dimanche matin.
La vraie question par rapport à l’autorité parentale est d’emmener son enfant à savoir gérer seul ses relations, qu’elles proviennent de Skype, de Facebook, de la place du village ou de la galerie commerciale. Le rôle des parents n’est pas et n’a jamais été de laisser les enfants se débrouiller seuls et sans aide, mais de les emmener à savoir le faire.  Et, par exemple, de la même manière qu’on apprend à fréquenter autrui dans la ville en journée ou la nuit, on doit aussi apprendre à fréquenter autrui sur l’internet. C’est un outil de socialisation certes important, mais ça n’est qu’un outil : il est sûr et efficace (et même amusant !) seulement lorsqu’on sait s’en servir.
« Ce dont disposent les parents, c’est la capacité à poser des questions. La capacité à inciter à l’apprentissage (…) en poussant les enfants à penser de façon critique à leurs actes et à leurs décisions« .

Même si vous n’avez aucun intérêt pour les sciences sociales, si vous utilisez l’internet vous trouverez dans cet interview matière à mieux comprendre vos propres pratiques… et si vous avez des adolescents connectés dans votre entourage, alors vous êtes doublement concernés.
Son dernier livre sera disponible en français en septembre 2014. La version in english est accessible en ligne danah_boyd_ethnographie_internet-usagesgratuitement : It’s complicated. The social lives of networked teens.

.

D’un point de vue plus théorique, les recherches de danah permettent de faire le lien avec la sociologie de la traduction de Callon et Latour .
Dans la fabrication du tissu social qui nous entoure tous, les outils ont un rôle aussi important que les acteurs humains habituellement décrits et étudiés par les sciences sociales. A ce titre, les technologies méritent bien d’être insérées dans les récits ethnographiques, car les technologies sont un acteur à part entière du réseau social tout autant que les personnes individuelles, les institutions, les normes, les lois ou les organisations collectives.
Il suffit de se donner la peine d’aller observer par soi-même, en bon ethnologue, là où les usages sont produits : c’est-à-dire en société. Dans les mailles du Réseau.
Là, danah parvient à démontrer que la vérité est dans la nuance plutôt que dans la caricature.

 

.

 

Le rire de Démocrite 1 août 2014


.
« Le rire de Démocrite » : conférence intégrale de Michel Onfray (1h08).

.

.

fNietzsche_sur-democrite

.

 

Devoirs de vacances, été 2014 7 juillet 2014


.

Dans le droit fil de l’article proposé à l’été 2013 (voir ces Devoirs de vacances) ainsi que des différentes ‘Lectures’ proposées  sur ce blog, voici pour l’été 2014 une bibliographie à destination d’étudiants de niveau bac+5 ‘Conseil en Organisation’ à l’université Paris VIII ( »UP8 », pour les intimes).

.

Introduction à

la théorie des organisations

& ethnologie contemporaine

 

 

[FR] Les ouvrages dont l’auteur est souligné sont présumés lus avant les examens. Des discussions vigoureuses sur leurs argumentaires sont attendues en classe.
[EN] The books (in french) for which author’s name is underlined are assumed read before exams. Vigorous discussions about their content are expected in class.

 

Ouvrages généraux : 

Amselle, Jean-Loup : Branchements. Anthropologie de l’universalité des cultures   Ed. Flammarion, 2005

Clifford Geertz

Ansart , P. : Les sociologies contemporaines  Ed. Seuil, 1990

Augé, M. : Pour une anthropologie des mondes contemporains, Ed. Aubier, 1994

Barley Nigel : L’anthropologie n’est pas un sport dangereux Ed. Payot, 1999 (1996)

Bernoux, P. : La sociologie des organisations   Ed. Seuil, 2014 (1985)

Boudon, R. : La place du désordre  Ed. PUF, 2004

Degenne, A. + Forsé, M. : Les réseaux sociaux  Ed. Armand Colin, 1994

Friedberg, E. : Le pouvoir et la règle  Ed. Seuil, 1993

Geertz, Clifford : Savoir local, savoir global  Ed. PUF, 1999 (1986)
                                        L’interprétation des cultures,  Ed. Gallimard, 1983 (1973)

Latour, B. + Callon, M. + Akrich, M. : Sociologie de la traduction : textes fondateurs   Ed. Presses de l’École des Mines, 2006

Latour, B. + Lemonnier, P. (dir.) : De la préhistoire aux missiles balistiques. L’intelligence sociale des techniques   Ed. La Découverte, 1994

Leach, Edmund : L’unité de l’homme  Ed. Gallimard, 1981

Leroi-Gourhan, André : Le fil du temps. Ethnologie et préhistoire Ed. Fayard, 1983
                                                         Le geste et la parole (2 volumes) Ed. Albin Michel, 1964

Henry Mintzberg.

Henry Mintzberg.

Mintzberg Henry : Structure et dynamique des organisations Ed. d’Organisation, 1982 (1979)

Nietzsche, Friedrich : Aurore. Pensée sur les préjugés moraux Ed. Robert Laffont, 1993 (1881)

Quivy, Raymond : Manuel de recherches en sciences sociales Ed. Dunod, 1995 (1988)

Zimmerman, B. : Ce que travailler veut dire   Ed. Economica, 2002

.

Synthèses et domaines d’études : 

 Bayart, J.-F. : Le gouvernement du monde  Ed. Fayard, 2004

Beaune, J.-C. : Anthropologie des milieux techniques  (2 volumes) Ed. Vallon, 2013

Bourdieu, Pierre : La distinction. Critique sociale du jugement  Ed. Minuit, 1992 (1979)

Pierre Bourdieu.

Pierre Bourdieu.

Coulon, A. : L’École de de Chicago   Ed. PUF, Que Sais-je ? n°2639   2002

Coriat, O. + Weinstein, O. : Les nouvelles théories de l’entreprise   Ed. Poche, 1995

Crawford, M. : Eloge du carburateur. Essai sur le sens et la valeur du travail.   Ed. La Découverte, 2010

Daumal, S. : Design d’expérience utilisateur. Principes et méthodes UX   Ed. Eyrolles, 2012

Granjon, F. : Reconnaissance et usages d’internet. Sociologie critique des pratiques de l’informatique connectée   Ed. Presses des Mines, 2012

Thiesse, A.-M. : La création des identités nationales.  Ed. Seuil, 2001

Warnier, J.-P. : La mondialisation de la culture Ed . La Découverte, 2004

Wotling, P. : Nietzsche et le problème de la civilisation Ed. PUF, 1995

 

——————————-in english   /   Ouvrages en anglais— :————————————————–

Allison, G. + Zelikow, P. : The essence of Decision, explaining the Cuban missile crisis  Ed. Longman, 1999 (1971)

Bell, G. + Kaye, J. : « Designing Technology for Domestic Spaces : A Kitchen Manifesto. » article in Gastronomica, 2, 2002.

Genevieve Bell.

Genevieve Bell.

Brooks, F. : The design of design. Essays from a computer scientist   Ed. Addison, 2002

Davis, D.: The consumer revolution in urban China   Ed. University of California Press, 2000

Dunn, E. + Gilbert, D. + Wilson, T. :  « If money doesn’t make you happy, you’re probably not spending it well » in Journal of Consumer Psychology, 21, 2011

Fincham, B. : « Balance is everything. Bicycle messengers, work and leisure » in Sociology, 42, 2008

Hopkins, A. G. : Globalization in world history. Ed. W.W. Norton, 2002

Ladner, Sam : Practical ethnography. A guide to doing ethnography in the private sector.   Ed. Left Coast, 2014

Malkki L.: Purity and exile. Violence, memory & national cosmology among Hutu refugees in Tanzania.   Ed. University of Chicago Press, 1995

Musiani, F.: « Caring about the plumbing.On the importance of architectures in social studies of (peer-to-peer) technology » in Journal of peer production, 1, 2012

Norman, Donald : The design of everyday things   Ed. Basic Books, 2002

Whyte, W. (dir.) : The exploding metropolis Ed. University of California Press, 1993
                                      The organization man   Ed. University of Pennsylvania Press, 2002 (1956)
.

Terrains d’études, monographies : 

Alter, N.: L’innovation ordinaire   Ed. PUF, 2013 (2001)

Bauer, M. : Les patrons de PME entre le pouvoir, l’entreprise et la famille  Ed. InterEditions, 1993

Chouinard , Yvon : Patron malgré lui : les confessions d’un surfeur entrepreneur   Ed. Penguin, 2006

Yvon Chouinard.

Yvon Chouinard.

Drucker, Peter. : L’avenir du management Ed. Village Mondial, 2005

Guigo, D : Ethnologie des hommes des usines et des bureaux Ed. L’Harmattan, 1994

Mintzberg H. : Des managers, des vrais ! Pas des MBA Ed. d’Organisation, 2005

Pfeiffer, J. + Sutton, R . : Faits et foutaises dans le management Ed. Vuibert, 2007

Zheng, L. + Desjeux, D. : Entreprises et vie quotidienne en Chine   Ed. L’Harmattan, 2002

 

Beaud, S. + Lindgaard, J. : La France invisible  Ed. La Découverte, 2006

Callon, M. : « La domestication des coquilles Saint-Jacques et des marins pêcheurs dans la baie de Saint-Brieuc » in L’année sociologique, 1986

Le Guirriec, Patrick : Le pouvoir en campagne. Formes locales du politique en Bretagne Ed. Apogée, 1994

Lieber, M. + Angeloff, T. : Chinoises au XXIe siècle  Ed. La Découverte, 2012

Petonnet, C. : Espaces habités. Ethnologie des banlieues Ed. Galilée, 1982

Roche, D. : Histoire des choses banales. Naissance de la consommation   Ed. Fayard, 2000

Colette Pétonnet.

Colette Pétonnet.

 

Audouin-Rouzeau, S. : Combattre. Une anthropologie de la guerre moderne (XIXe – XXIe siècle)   Ed. Seuil, 2008

Hassner, P. + Marchal, R. : Guerres et sociétés : États et violence après la Guerre Froide   Ed. Karthala, 2003

Simmel, G. : Le conflit  Ed. Circé, 1995 (1908)

Toffler, Alvin : Guerre et contre-guerre, Ed. Hachette, 1996 (1993)

 

 

Ressources sur internet : 

https://yannickprimel.wordpress.com    (ceci s’appelle une auto-référence :) )

http://www.sciencespo.fr/ceri : Centre d’Études et de Recherches Internationales (Sciences Po).

http://www.asmp.fr/travaux/groupe_travail.htm : Cahiers et publications de l’Académie des Sciences Morales et Politiques

http://metropoles.revues.org : Revue Métropoles : ville et sciences sociales

http://www.millenaire3.com/Revue-M3.1371.0.html : Revue M3 : société urbaine et action publique

www.observateurocde.org (le même en anglais : http://www.oecdobserver.org ) : Magazine de l’OCDE – Organisation de Coopération et de Développement Économiques

http://nrt.revues.org : La Nouvelle Revue du Travail

http://terrain.revues.org : Revue française Terrain

http://www.ethnographiques.org   : Maison des sciences de l’Homme et de l’Environnement de Besançon + Institut d’ethnologie de Neuchâtel.

http://www.insee.fr/fr/publications-et-services : Institut National de la Statistique et des Études Économiques… pour poser les théories sur des faits, et non l’inverse.

 

——————————-in english   /   Sites en anglais— :—————————————————

www.aaanet.org : American Anthropological Association, depuis 1902.

http://ethnographymatters.net : La recherche ethnographique appliquée aux terrains contemporains et entreprises.
Méthodes, big data, design ethnographique, UX.

http://harvardbusiness.org : Harvard Business Review

http://www.ifeas.uni-mainz.de/eng/index.php : Université de Mainz (Allemagne), département d’anthropologie et études africaines.

http://socialcomputing.uci.edu : Technology Center for Social Computing  (centre de recherches sociales de l’entreprise Intel)

www.sociosite.net/topics/websoc.php : Cyberspace and web sociology, par l’université d’Amsterdam

www.unesco.org/shs/ijms : International Journal on Multicultural Societies, par l’UNESCO

.

 

Friedrich Nietzsche : “You have your way. I have my way. As for the right way, the correct way, and the only way, it does not exist.”

Friedrich Nietzsche : “You have your way. I have my way. As for the right way, the correct way, and the only way, it does not exist.”

.

.

.

 

Citation (19) : une bonne solution 1 juillet 2014


George-S-Patton

 

« Une bonne solution appliquée vigoureusement tout de suite est meilleure que la solution parfaite appliquée dans dix minutes. »

Général de Corps d’Armée George Patton, cité dans Charles Province : The unknown Patton   1983.

 

 

 

Lectures du soir 10 juin 2014


Ambassadeur en Andorre depuis mai 2012, Zaïr Kédadouche était auparavant consul général à Liège de 2008 à 2011. C’est un habitué de l’Administration et un personnage bien aguerri au fonctionnement du « service public » français. S’il fallait d’ailleurs retenir un seul exemple de succès au mérite, ça pourrait être lui.
C’était vrai jusqu’à ce qu’il commence à fricoter avec le Ministère des Affaires Etrangères   -qui apparaît ici comme une caste puissante au sein du pouvoir national, caractérisée par son endogamie sociale et sa capacité à exclure subtilement les candidats dont la légitimité n’est pas héréditaire.

.

Cette lettre au Président de la République datée du 5 mars 2014 n’en prend que plus de valeur, car il ne s’agit pas d’un petit jeune inexpérimenté qui vient pleurnicher chez le patron…

En termes de Ressources Humaines, cet épisode pose la question de savoir jusqu’où  les procédures sont faites pour attirer et retenir les candidat(e)s compétent(e)s… et à partir de quel seuil le groupe préfère retenir seulement les membres culturellement conformes, pour se perpétuer lui-même.
C’est un bon angle d’attaque pour évaluer une culture d’entreprise : par rapport aux valeurs affichées publiquement (le discours institutionnel, qui ne peut être qu’une auto-congratulation), quelles valeurs sont réellement défendues par le management et la ligne hiérarchique dans son ensemble ?
Voir Pierre Bourdieu : La distinction. Éditions de Minuit, 1979.
.

(cliquez sur l’image ci-dessous ou sur ce lien pour afficher le texte complet en .pdf) Lettre de démission de l’Ambassadeur de France en Andorre

 

.

ambassadeur_france_demission-kedadouche_lettre

 

 

.

 

.

.

.

 

Valeurs partagées 15 mai 2014


Pour ceux qui ne le savent pas encore, la sixième génération de l’iPhone d’Apple est attendue l’été prochain, ce qui veut dire qu’il y en a déjà sur les chaînes de fabrication chinoises de Foxconn. Cet outil est apparu en 2007 ce qui fait une génération tous les neuf mois environ.
Génial.
Je pensais à cela en rentrant chez moi après une dure journée de labeur (?). Le passager près de moi avait abandonné un magazine que je me mis à feuilleter. La date de sortie du nouveau téléphone-qui-sert-à-téléphoner-mais-pas-que était qualifiée de « moment qui marquera l’histoire » notamment car il embarque le système d’exploitation iOS8 et un écran en saphir synthétique.

C’est dans ce genre de moment que les différences de références éducatives surgissent sans qu’on n’ait rien demandé…

..

En effet, depuis que nous avons quitté notre arbre et nos cousins les singes pour rejoindre la savane il y a 6 millions d’années, 151.000 générations se sont succédées, chacune faisant progresser l’espèce de 50 kilomètres. Dans cette perspective, je suis prêt à parier gros sur le fait que, non, la livraison commerciale du dernier téléphone mobile à la mode ne marquera pas l’histoire. Ni l’Histoire.
Le silex taillé en pointe marquera l’Histoire, comme probablement le puits artésien. Ce qui marquera (peut être) l’Histoire c’est la méthode de production industrielle de masse ou l’un des sous-composants comme le microprocesseur mais pas le gadget jouet téléphone manufacturé en lui-même.

.

Ce qui fait l’histoire par chez moi, c’est plutôt ça :

.

Séparation génétique des humains et des singes : -6 millions d’années (génération 1).
Premiers outils de pierre : -2,4 millions d’années
Apparition du langage : -1 million d’années
Utilisation du feu : -400.000 années
Apparition de l’être humain dans sa forme et ses capacités actuelles, y compris sociales : – 30.000 années
Habitat permanent groupé (villages) : -10.000 années
Apparition de l’écriture : -3.000 ans
Invention de l’acier : – 400 ans
Apparition de l’État. Gestion centralisée d’une population sur un territoire par une organisation administrative délibérée : an – ~200 (ininterrompu en Chine jusque aujourd’hui.   2.200 ans, excusez du peu)
Imprimerie avec caractères mobiles : an + ~900
1250 : première société détenue par les propriétaires de ses ‘actions’ (Toulouse)
1543 : Copernic publie De Revolutionibus Orbium Coelestium
1781 : brevet déposé pour l’engrenage, qui transforme un mouvement vertical en mouvement rotatif.
1923 : installation du premier feu tricolore automatique pour la circulation automobile
1930 : invention du conteneur maritime de dimensions standardisées 20 pieds x 8 x 8,5.
1971 : premier e-mail
1992 : premier SMS

2161 : [Star Trek] création de la Fédération des Planètes Unies, qui abandonne la forme de l’État pour prendre celle de l’Organisation Humanitaire

.

Taux d’encadrement moyen dans les entreprises en Europe : 15% (1 chef d’équipe pour 7 personnes).
Taux d’encadrement moyen dans l’Éducation Nationale en France : 5% (1 professeur pour 20 élèves)
Taux d’encadrement moyen dans l’armée romaine : 8% (1 pour 12)

.

10 ans x 400.000 personnes = 14 milliards d’heures de travail = 1 projet Apollo pour marcher sur la Lune
3 ans x 100 tailleurs de pierre = 1 million d’heures de travail = 1 sphinx de Gizeh

.

Espérance de vie en 1900 : 50 ans (Canada).
Espérance de vie en 2003 : 79 ans (Canada), 48 ans (Nigéria).
Population humaine en 2011 : 7 milliards + 350.000 par jour, dont 60% vivant en ville dans 20 m² en moyenne
Population humaine en orbite : 6 (ISS)

.

Vitesse de marche d’un adulte en terrain plat : 5 km/h
Circonférence de la Terre : 40.000 km
Distance Terre – Lune : ~400.000 km

.

Nombre approximatif de décisions prises par une personne en une journée, avant épuisement : 3.000
Nombre approximatif de personnes dont on peut retenir le prénom : 150 (« le nombre de Dunbar »)
Nombre théorique de personnes nous séparant de n’importe quelle autre personne dans le monde : 12 (« théorie du petit monde »)

.

 

Lectures du soir 1 mars 2014


.

D’autres inspirations visuelles de l’auteur sont sur… yannickprimel.tumblr.com !

.

.

.

.

 

 

Play nice : ethnographer meets management consultant 31 janvier 2014


.

Une ethnologue rencontre une consultante en management… interview in english avec Alicia Dudek, de Deloitte Digital.

.

 Play nice: design ethnographer meets management consultant, an interview with Alicia Dudek from Deloitte Digital.
SOURCE : ethnographymatters.net

.

.

.

.

 

Citation (17) : Cessez le feu 11 novembre 2013


USMC general James N. Mattis : 21st century version of the Monroe doctrine.
.
« Je viens en paix.
Je n’ai pas apporté l’artillerie et j’ai renvoyé les chars.
Mais je vous en conjure, avec des larmes dans les yeux : ne tentez pas de me baiser, ou je vous tuerai  tous. »
Général de Corps d’Armée James N. Mattis, 1e Division de Marines (USMC).
Ouverture des négociations avec les responsables irakiens de Fallujah, printemps 2004.

.
.
.
.
 »
I come in peace.
I didn’t bring artillery and i sent back the tanks.
But i’m pleading with you, with tears in my eyes : if you fuck with me, i’ll kill you all. »
General James N. Mattis, 1st Marine Division (USMC).
Opening the negociations with iraqi leaders of Fallujah, spring 2004.

.

.

.

.

.

.

 

 
%d blogueurs aiment cette page :