The blog of blog of blogs

Les aventures d'un ethnologue dans le grand monde

la tortueuse route européenne 18 septembre 2015


D’une manière générale je suis favorable à l’ouverture sur le monde.
Du fait que le monde n’est pas une menace, j’aurais tendance à penser que celles et ceux qui partent de chez eux peuvent bien aller où ils veulent. Dans cette optique et à supposer que personne ne fait de mal à personne, je pense que les obstacles que les voyageurs rencontrent sur leur route sont des obstacles qu’il faut lever. Mais il faut prendre en compte certaines organisations puissantes qui, elles, considèrent le reste du monde comme une menace. C’est pour cette raison qu’il existe des passeports, des frontières et un droit d’asile : parce qu’en dehors de certains cas bien précis, tout le monde considère comme normal qu’un État ait des frontières fermées.
L’État, ce « dragon aux milles écailles » comme disait Nietzsche.

L’exode de civils venus du Moyen-Orient qui viennent chercher refuge en Europe suppose d’ouvrir les frontières de nos États d’Europe par conviction. Parce que nous sommes certains que c’est une bonne chose.
Cette conviction n’est cependant pas moins importante que la conviction qui affirme la liberté de parole… donc de laisser tous les avis s’exprimer sur ce sujet de la crise des migrants-réfugiés-déplacés.
Notre société européenne est fondée sur le droit à s’exprimer sans être inquiété. Refuser le débat ou même ne pas comprendre qu’une situation aussi critique mérite un débat serait considérer la population européenne comme une imbécile dont les souhaits divers et les préoccupations variées peuvent être ignorés.

Parce que ces dernières semaines, le débat a été étouffé par le cri de ceux qui sont persuadés que tout le monde pense et ressent la même chose, à savoir : de la pitié. Ce n’est même plus un impératif moral, c’est un impératif émotionnel : tout le monde doit ressentir la même chose à ce sujet.
Mais ce n’est pas le cas. Nous sommes 500 millions d’Européens dans 28 pays… j’aurais tendance à dire qu’heureusement il y a des divergences de points de vue ! Il est nécessaire d’entendre les arguments contradictoires. Ce n’est pas diaboliser les réfugiés que de suggérer qu’éventuellement, dans tel ou tel domaine, leur présence pourrait poser problème.
Alors allons-y bon sang, débattons !

.

Pour commencer, il est bon de rappeler que les pays d’Europe sont signataires depuis 1951 de la Convention de Genève sur l’accueil des réfugiés -et en particulier son article 14 : Devant la persécution, toute personne a le droit de chercher asile et de bénéficier de l’asile en d’autres pays. C’est notre fierté d’Européens d’avoir signé cette Convention… qui n’est pas que déclarative. Elle est légalement contraignante et en tant que membres signataires nous n’avons pas le choix de les accueillir ou non, quoi qu’en dise le président de la Hongrie. C’est une obligation que nous-nous sommes faits à nous-mêmes il y a maintenant 64 ans, par conviction, parce qu’on aurait aimé que d’autres le TqfDnr5tTVxDuDGhzj5Qy9dAawIfassent pour nous. Et si ça doit se reproduire pour nous -si nous étions amenés à chercher refuge ailleurs, on aimerait bien que des portes s’ouvrent.

Nous, Européens, nous connaissons la situation pour l’avoir vécue, notamment en France en 1940 où nous étions 10 millions sur les routes. Nous savons que l’exil ça demande du courage, que ça force le respect. Aucun acteur du débat ne devrait être autorisé à diaboliser les victimes de cette situation. Ne serait-ce qu’en mémoire de l’héroïsme de Khaleed Al-Assad.
Et le fait qu’il y ait parmi eux des musulmans, dont le seul fait qu’ils sont croyants est très intimidant pour beaucoup, devrait pousser l’Europe à renforcer et à réaffirmer la laïcité de l’Union en insistant sur le fait qu’en Europe on s’interdit et on interdit la discrimination religieuse, raciale ou sexuelle. On ne traite pas mieux ou moins bien les chrétiens que les musulmans, les juifs, les chevaliers Jedi ou les animistes. Pas plus qu’on ne fait de différence entre les roux, les blonds, les femmes, les hommes, les Bretons, les Suédois, les Marocains ou les Syriens.
On fait ça par conviction, parce que nous sommes (plus ou moins) 500 millions à penser que ça nous permet de construire une Union viable à long terme. Et nous avons de l’expérience dans ce domaine parce que nous avons essayé d’autres options qui ont très mal tourné, en particulier au siècle dernier.
Plutôt que de les traiter en suspects, nous devrions donc au contraire célébrer leur inflexible volonté de demeurer libres face au chaos, même au prix d’un éclatement de leurs familles ou/et de leur mise en danger de mort. Nous avons été dans leurs chaussures.
[Ciquez sur ce lien pour voir quel trajet elles font, leurs chaussures : une carte Google Maps du Comité International de la Croix rouge]

.

Il n’aura échappé à personne que nos gouvernements ont raté quelque chose, car le monde n’a pas connu un tel exode sur une aussi longue distance depuis la seconde Guerre Mondiale et une telle situation de crise ne sort pas du sol du jour au lendemain…  Il y a là un manque de vision stratégique affligeant parce qu’on se rend compte un peu dans la précipitation que personne n’a vu le coup venir. Personne n’est prêt. Et pourtant qui sème le vent récolte la tempête, c’était prévisible.
Depuis l’intervention « humanitaire » en Libye initiée par David Cameron et Nicolas Sarkozy, un tiers (!) de la population de ce pays a fui. L’Irak et l’Afghanistan depuis l’époque de George Bush sont une hémorragie continue, qui déversent leur population sur des voies d’évacuation qui mènent en Syrie, dont 4 millions d’habitants (!) ont également fui ailleurs. Le Liban héberge aujourd’hui un nombre de réfugiés irakiens et syriens qui correspond à 25% de sa population totale (!). La Jordanie et la Turquie sont à saturation elles aussi, non pas sous le fallacieux critère de la « culture » mais simplement de la logistique.

En regardant une carte de la région, on peut se demander pourquoi des pays comme l’Arabie Saoudite, le Koweït, Israël, Bahreïn, l’Égypte ou les Émirats Arabes Unis n’accueillent personne. Plus tard il y aura des comptes à rendre…

.

Et en parallèle il n’aura échappé à personne qu’au sein de l’Europe, le comportement des Allemands dépasse le simple mérite, on s’approche de la conduite glorieuse. Mais il n’y a pas que de l’altruisme là-dedans.
Les États ne font pas dans l’altruisme.
L’Allemagne a un surplus budgétaire, un surplus d’immobilier et un taux de fécondité négatif (200.000 décès de plus que de naissances par an, pour être exact) et… voilà 800.000 nouveaux arrivants pour cette année et un demi-million d’autres prévus d’être accueillis les années qui suivront. L’Allemagne prépare sa main d’œuvre pour les trente prochaines années.

Inversement, le Royaume-Uni manque d’argent, d’immobilier et connaît un fort taux de fécondité, trois facteurs qui n’incitent à accroitre les problèmes en se surchargeant d’une population supplémentaire, aussi méritante soit elle. C’est aussi la situation de la France, et chacun de ces pays se propose d’accueillir moins de 30.000 personnes réfugiées de guerre (ou le nom qu’on voudra leur donner).europe-regions_purchase power_2013
Dans le débat dont nous avons besoin, qui connaît les chiffres structurants pour expliquer l’allergie hongroise à laisser passer des réfugiés, alors même qu’ils ne s’arrêtent pas ? Qu’en est-il pour le Danemark qui ne souhaite recevoir personne ?
La réalité socio-économique européenne recèle de grandes différences entre pays membres et même entre régions. C’est ce niveau de détail qu’il faut atteindre pour obtenir des arguments solides. Un premier axe d’analyse serait de comparer les refus avec le niveau de vie local.

.

Pour parler crûment, je pense -mais ce n’est que mon avis- que si certains européens rejettent brutalement l’idée d’accueillir ces réfugiés c’est moins à cause de la couleur de leur peau que par crainte de leur pauvreté. Et ce sujet là aussi doit être abordé. La peur de la pauvreté des populations ex-soviétiques est le tabou majeur qu’on a connu à la réunification allemande en 1990 et c’est encore très certainement l’argument caché aujourd’hui.
Pour autant, il existe une bonne douzaine d’études sérieuses qui démontrent que ces réfugiés auront un effet positif, à commencer par le fait qu’ils arrivent chez nous avec déjà un très bon niveau d’éducation qui sont autant de milliards que nous n’aurons pas à dépenser.
L’argument qui en fait des chasseurs d’aides sociales est fantasmatique : ces personnes qui arrivent sont en bonne santé et ont des ambitions de professeur, infirmier, médecin, ingénieur ou architecte. Il faut bien comprendre que la plupart d’entre eux font partie de la classe aisée. Ce sont les plus riches qui peuvent éviter de pourrir en camp en payant 2.000 dollars par tête. Beaucoup sont plus diplômés que la moyenne de notre propre population.
Par fierté l’immense majorité d’entre-eux voudra se reconstruire sans les aides publiques auxquelles ils auraient droit (et en tant que non-nationaux ils n’ont pas le droit à grand chose) et aussi ils payeront au moins la TVA, voire même l’impôt.

Ces personnes veulent tellement parvenir jusqu’ici à tel point qu’ils traversent des déserts, naviguent à vue en pleine mer en se vomissant les uns sur les autres et… comment récompensons-nous ce remarquable intérêt qu’ils nous portent ? C’est toute la question, en effet.

.

Parce qu’ils ne sont pas arrivés par un vol régulier à un terminal de Roissy ou d’Athènes devons-nous les dire criminels ? Ou, pour la même raison, devons-nous les tenir par la main en leur expliquant qu’ici, ce n’est pas comme chez eux et que nous allons leur apprendre à vivre ? Je pense qu’ils n’ont pas besoin d’être punis, ni chaperonnés.

Inutile de les prendre en pitié. Ils méritent notre admiration. Ils sont précisément le genre de population dont l’Europe a besoin. Et tout cela n’empêche pas d’établir des contrôles aux frontières, d’enregistrer les empreintes digitales dans la base de données Eurodac et de se permettre de vérifier les récits individuels avant d’accorder officiellement l’asile. Tout cela relève du bon ordre civil et la gestion normale d’une situation complexe.
En effet, compte tenu des routes terrestres utilisées aujourd’hui, ce serait très peu étonnant de trouver un nombre important de citoyens Serbes, Albanais ou Roumains discrètement mêlés au cortège des vrais réfugiés de guerre.
Mais peu importe les aléas, nous avons les moyens de gérer la situation. Rien ne vient contredire le fait que ces réfugiés sont un antidote à notre mesquinerie et à notre travers qui consiste à penser que l’Europe la France est le nombril du monde. Je m’adresse là en particulier aux représentants élus qui utilisent la politique extérieure pour gérer la politique intérieure.
Souvenez-vous : qui sème le vent récolte la tempête. Ouvrez-nous plutôt un collège portant le nom de Khaleed Al-Assad, faites preuve de conviction, pour une fois.

.

Ouvrons nos frontières de manière raisonnée pour leur permettre de tenter leur chance totalement et sans réserve, nous sommes riches et ils nous enrichirons encore davantage, à tous les sens du terme.
Si nous faisons ça nous pourrons gérer les flux de population nous-mêmes et le business des trafiquants s’arrêtera, les noyades en masse s’arrêteront et, plus important, nous jouerons le rôle qui est le nôtre pour permettre à ces gens de réaliser leurs vies, à nos côtés et éventuellement jusqu’à ce qu’ils décident de partir.
Et ceci en l’occurrence est notre devise à nous, Européens : In varietate concordia. Unis dans la diversité.

Nous avons besoin de davantage d’Europe, pas moins.
.

euro-flag
.
.

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s