The blog of blog of blogs

Les aventures d'un ethnologue dans le grand monde

L’éclipse scolaire 18 mars 2015


Une fois n’est pas coutume, je parlerai dans cet article d’un sujet d’actualité : la conjonction de phénomènes célestes du 20 mars 2015.
En ce vendredi, nous avons eu droit à quatre phénomènes majeurs, chacun plutôt rare et indépendant mais qui se sont déroulés simultanément ce jour-là : une superlune, une marée centennale, une équinoxe et une éclipse solaire.

.

elliptique-lune-terre-soleil

La première,  la superlune, est le passage de la Lune au périgée de son elliptique par rapport à la Terre (la plus courte distance qu’il puisse y avoir entre les deux astres), avec pour effet de faire paraître notre satellite 20% plus gros et lumineux qu’il l’est habituellement.
Cette proximité de la Lune a aussi pour effet d’accroître le déplacement des masses d’eau par effet d’attraction, dans une telle proportion que ça se produit une fois par siècle. C’est toujours la Lune qui provoque le phénomène des marées mais pour faire court, grâce à la proximité de notre satellite les grandes marées auront été de très, très grandes marées ce 21 mars (un jour de décalage par effet d’inertie des océans).
La troisième, l’équinoxe, est liée à l’axe de rotation de la Terre, perpendiculaire aux rayons du Soleil ce jour précis, la durée du jour y est égale à celle de la nuit.
La dernière, l’éclipse, -le cœur de cet article- est le passage de la Lune, vers 10h30 le 20/03/2015 entre la Terre et le Soleil, avec un obscurcissement partiel jusqu’à 84% en France.

.

C’est ce qu’il y a de bien avec les phénomènes célestes de ce type : ils sont parfaitement prévisibles.
Les marées sont calculées à la minute de temps et au centimètre de hauteur près plusieurs années à l’avance, la position des astres est tout aussi prévisible, tout comme la survenue d’occultations partielles ou totales qu’on appelle les éclipses.
Celles-ci sont tellement bien calculables qu’on peut prévoir à quelques kilomètres près de combien sera l’obscurcissement par rapport au plein jour, pour un lieu donné.
Ce 20 mars 2015 par exemple, on sait que la pénombre était de 84% dans la ville de Brest contre 79% à Paris ou 63% à Nice et 100% dans les îles Féroé en Atlantique Nord.

Rien de tout cela n’est nouveau. C’est écrit et prévu dans les calendriers astronomiques depuis des années.
En utilisant les mêmes calculs astronomiques, On peut aussi prédire avec certitude que ce phénomène d’éclipse se reproduira avec un obscurcissement de seulement 20% en France le 21 juin 2021.
La prochaine fois que la Lune sera aussi proche de la Terre ce sera le 20 février 2033.
astronomie-univers-systeme-solaireEt la prochaine fois qu’il y aura une éclipse au moment de l’équinoxe de printemps ce sera en 2053.
On aurait pu considérer ce 20 mars 2015 comme une fête de la connaissance du monde, pour qu’on puisse savourer ces phénomènes massifs, les admirer et mieux les comprendre.
Mais non.
Les médias nous ont saturés d’informations alarmistes sur les risques médicaux et sur -horreur !- le risque de « perturbations dans le réseau électrique ».
Quelques niveaux technologiques supplémentaires mis à part, ce sont les mêmes arguments qui ressortent depuis le temps où les foules se terraient ou s’agglutinaient en processions superstitieuses ou festives face aux « signes divins », selon le sens Divin que chacun voulait bien donner aux Signes. Dans ce débat, c’est la notion d’éducation elle-même qui s’est… éclipsée.
(Ah, la marteau de Thor ! L’éclair de Zeus ! Le courroux de Taranis ! La colère de Dieu le Père !)

.

Ce genre de discours est utile à l’ethnologue pour repérer le domaine des croyances contemporaines (voir : http://lhomme.revues.org/2636), mais d’un point de vue opérationnel c’est le genre d’aveuglement qu’on aimerait ne pas voir surgir dans un moment où la méthode scientifique et la rationalité des arguments sont en jeu.
Car il s’agissait bien d’une opportunité de célébrer notre présence dans l’univers et l’univers lui-même tel qu’il est. Car ce simple état de fait ne va pas de soi.

superstition

Il en a fallu des esprits brillants pour penser l’héliocentrisme, pour aller contre la pensée dominante et affirmer des faits, plutôt qu’obéir à des esprits bornés et bouffis de fanatisme. En 1616 l’Église catholique promulguait une loi pour interdire à Copernic d’affirmer que c’était bien le Soleil qui était le centre de l’univers. En 1633 après avoir été obligé de renier cette idée sous peine de torture, Galilée marmonna sa célèbre phrase Eppur si muove ! …Et même si vous ne voulez pas le comprendre, la Terre tourne quand même autour du Soleil, je vous l’affirme, bande de crétins !
L’univers tel que nous le connaissons n’est pas un savoir qui a toujours existé, il est le fruit de recherches, de détermination, de persévérance, d’hypothèses, d’essais, de luttes d’influence, d’expérimentations, de corrections… jusqu’à ce qu’on puisse envisager aujourd’hui de s’installer sur Mars.
Voilà ce qu’on aurait pu célébrer ce jour de printemps 2015 : la recherche du vrai, la curiosité de connaître le monde et la joie de comprendre comment tout cela fonctionne.

.

Mais contre l’avis de multiples laboratoires d’astronomie, les institutions scolaires dans toute l’Europe ont préféré écouter des informations tellement alarmistes qu’elles s’approchaient de la paranoïa pathologique. Pour des gens qui se gargarisent de travailler dur pour le bien des enfants, pour leur ouverture d’esprit et pour développer leur capacité à être des citoyens éclairés, c’est juste honteux.
L’Éducation Nationale a choisi de confiner les élèves pour éviter que leurs yeux s’abiment en regardant l’éclipse (ou que leurs cerveaux prennent feu à force d’exposition aux infrarouges et aux ultraviolets du rayonnement diurne).
Les rectorats et autres ministères ont affirmé qu’ils laissaient chaque école apprécier les risques et permettre, ou non, aux élèves de regarder le ciel en ce matin du 20 mars. Cette pseudo-liberté locale était en réalité une mise en garde : cher Directeur, s’il se passe un truc, c’est vous qui irez en prison et sûrement pas nous.
Notez bien qu’il y a eu certains professeurs et certains établissements qui auront vu le coup venir et qui auront pris l’initiative de s’équiper seuls.
Mais dans une large proportion personne n’avait rien anticipé et comme à très juste titre aucun(e) directeur(trice) d’école ne souhaite de procès pour avoir rendu un enfant aveugle, aucune école ou presque n’a dérogé à la règle qui veut que lorsqu’on a un doute, autant se replier derrière la peur et l’ignorance.

L’institution scolaire a donc raté une belle occasion de faire œuvre d’éducation en ce jour du printemps de l’an de grâce 2015.
Car en effet, ce n’est pas le lundi précédent que le monde a appris la survenue de gestion-projet-pour-nuls_portny-sagel’éclipse. Elle est connue depuis des années.
Déjà les commentateurs (les mêmes, et déjà alarmistes) mentionnaient l’éclipse de 2015 lors de celle de 1999.
.
L’Éducation Nationale vient de montrer qu’elle n’avait pas la capacité de s’organiser pour un événement connu 16 ans à l’avance.
A ce titre, c’était facile de céder aux arguments médicaux pour justifier l’interdiction de sortir en extérieur au moment de l’éclipse. La réalité c’est surtout que personne n’était prêt.
Mais quelle peut donc être la performance moyenne d’une organisation qui s’avère incapable de monter un projet relativement simple, seize ans à l’avance ?
Personne n’a pris le temps de saisir l’ampleur de l’événement de 2015 pour planifier une ou deux heures « spéciales » un vendredi matin. Pour une institution en charge de l’éducation d’un pays entier, l’affaire est cocasse.
Personne n’a pris l’initiative de mettre en place un projet à part entière pour affirmer une vision du monde ouverte, curieuse et pragmatique.
Personne n’a tenté de chiffrer le coût de production d’environ 13 millions de paires de lunettes jetables pour chaque élève (10, 15 centimes pièce ?).
Personne n’a pensé que ce serait intéressant d’étudier cette conjonction de phénomènes en les voyant se produire pour de vrai. Au lieu de cela, l’institution a réalisé 10 jours avant qu’il « y avait un risque » et que, en conséquence, il ne fallait pas s’exposer au danger.
Allez, sérieusement les gars, vous pensez vraiment que nos enfants sont assez stupides pour regarder le soleil en face jusqu’à s’en rendre aveugles ?  Dans ce cas, pourquoi les élèves de la maternelle à la terminale ont ils le droit de sortir en plein soleil tous les autres jours ? !

La meilleure conclusion qu’on puisse en tirer, c’est que rien n’avait été planifié, préparé ou organisé pour tirer le meilleur parti d’une situation dont la valeur pédagogique était exceptionnelle.
.
Rien n’était prêt matériellement (les protections oculaires ou la possibilité de déroger deux heures à l’emploi du temps réglementaire) mais surtout personne n’était mentalement prêt à déroger à la routine.
Et, certes, ce n’est pas dix jours avant qu’on peut commander sur le pouce 13 millions de lunettes jetables dont il faut garantir la qualité.
…mais bon sang, vous aviez 16 ans pour vous préparer !

 

Comme j’en parlais dans l’article sur l’école du futur, les institutions scolaires devraient se concentrer là où elle peuvent avoir une réelle valeur ajoutée sociale, collective.
Et quelle meilleure valeur ajoutée que de pouvoir faire prendre conscience à la jeunesse d’un pays que l’univers ne nous fait pas peur parce qu’on comprend son fonctionnement ? Au lieu de cela nous avons perpétué la crédulité, la superstition et l’ignorance. Parce que bien sûr maintenant, c’est toute une génération d’élèves qui va perpétuer la croyance qu’une éclipse il faut en avoir peur parce que « c’est dangereux ».
Face à quatre phénomènes astronomiques concomitants, l’institution aurait pu faire appel quasiment à toutes les matières enseignées selon l’âge des élèves, du primaire au lycée. Ça aurait pu être un événement collectif dont les enfants scolarisés se seraient souvenus longtemps. Une « fête de la science » en extérieur !
C’est raté pour cette fois. Rendez-vous en 2053 (ce sera un jeudi) pour la superposition d’une éclipse et d’une équinoxe… 38 ans pour s’y préparer ça devrait suffire, non ?
.
Sinon, il y a deux équinoxes et environ six épisodes de superlune chaque année. Voilà qui laisse le temps de faire quelques essais.
Pour l’éclipse de 2021 c’est déjà trop tard, ce sera un dimanche.

.

credulity-superstition-_william-hogarth_

Publicités
 

2 Responses to “L’éclipse scolaire”

  1. Eric Says:

    Croyez-vous qu’un ministre, qu’un recteur d’académie, qu’un directeur d’école ou même qu’un simple instituteur ait eu la chance de lire cet article ? Amateur du ciel, j’ai été consterné par la notice présente dans le cahier de liaison de mes enfants inscrits en primaire : nous étions revenus aux glorieuses heures moyenâgeuses où les comètes annonçaient la fin du monde et les chats noirs la présence du démon. J’en viens à nourrir quelques doutes sur une institution censée éveiller nos chers bambins aux merveilles du monde et à l’ouverture vers autrui. Quant à sa faculté d’anticipation, passons, quel « ratage » magnifique …
    Merci pour cet article, j’avais peur d’être le seul à être choqué par une telle décision et surtout l’explication fournie pour cette décision.

    Et merci pour vos autres articles. Dans certains, j’y retrouve mes problèmes quotidiens de responsable de projet informatique (personne n’est parfait).

    • Yannick Says:

      Merci pour le commentaire Eric.
      Je doute que personne d’assez haut placé dans l’Educ’ Nat’ ait pu lire mon post. Encore que, c’est l’un de ceux qui a été le plus partagé sur les réseaux.
      Rendez-vous à la prochaine éclipse…


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s