The blog of blog of blogs

Les aventures d'un ethnologue dans le grand monde

Finances personnelles (2) : les revenus passifs 14 janvier 2014


Ainsi que nous en parlions dans l’article sur les finances personnelles, à partir du moment où vous touchez des revenus votre premier objectif devrait être de constituer un socle équivalent à un an de revenu. Cette somme pourra varier selon vos besoins, mais quelle que soit votre situation votre objectif suivant sera de la reconstituer d’abord et avant toute autre dépense.

.

A ce stade vous entrez dans la petite fraction de population qui possède une certaine (mais toujours relative) sécurité financière. Vous pouvez choisir de vous arrêter là et être très satisfait d’un salaire régulier adossé à un an de réserve. Nul ne vous en tiendra rigueur et surtout pas les organismes de crédit à la consommation. Après tout, c’est votre argent, n’est-ce pas ?  :)
Vous pouvez aussi poursuivre votre cheminement intellectuel… car si la justification d’avoir un travail est d’avoir une indépendance financière, alors si vous devez travailler pour gagner de l’argent, c’est que vous n’êtes pas indépendant.

Avec votre épargne de précaution sous le coude, vous pouvez cependant prétendre au grade supérieur : acquérir non plus de la sécurité, mais de la liberté.
C’est l’objet de cet article.

.

A quoi ressemble la vie lorsque vous n’êtes pas obligé de travailler pour gagner de l’argent ? Comment gère-t’on les dépenses en nourriture, en habillement ou le re-remplissage du socle d’un an de réserve si l’embrayage de la voiture a lâché ?
Et d’abord, comment y parvient-on, à la vraie indépendance financière ?
Vous pourriez me répondre qu’en travaillant toute notre vie, il arrive un moment où l’on atteint cette situation : ça s’appelle la retraite…
Avec cet état d’esprit, vous aller rapidement faire partie de ces gens qui acceptent une vie pas terrible dans l’attente d’une retraite médiocre. D’ici là, vous prendrez vos vacances  »pour oublier les soucis » (à ce stade, sans doute pourriez-vous lire mon post sur la tolérance comme résistance à l’amour…).

.

Mais l’indépendance financière ce n’est pas prendre sa retraite.

Il ne s’agit pas de prendre sa retraite, il s’agit de se donner une liberté de choix.

La liberté financière consiste à percevoir des revenus qui ne dépendent pas de votre activité. Des revenus passifs. Que vous soyez officiellement salarié, auto-entrepreneur, au chômage, en vacances, immobilisé sur un lit d’hôpital ou employé bénévole pour la Croix-Rouge, cet argent parviendra à votre compte bancaire quoi qu’il arrive. Vous n’êtes donc plus dépendant d’un employeur qui vous verse de l’argent en échange d’un travail, ce qui n’empêche pas de continuer à avoir un travail -sauf que vous n’exercez plus d’abord pour l’argent.
C’est le pouvoir de dire à voix haute : ceci ou cela ne me plaît pas et j’ai les moyens de vous dire (avec un sourire insolent au coin des lèvres) : Je m’en vais faire quelque chose qui me plaît davantage, allez-vous faire f**tre.   En anglais dans le texte, cette manière de générer de l’argent s’appelle  : Fuck-you money.

.

Très probablement, vous ne serez jamais au niveau de Bill Gates qui touche douze millions d’intérêts annuels sur ses placements, pour un mode de vie qui en coûte quatre (donc chaque année, il a huit millions d’excédent). Très probablement, vous aurez besoin de travailler pour avoir un revenu actif toute votre vie. Mais rien n’empêche de vous constituer une portion de revenu passif pour être un peu plus indépendant. Pour avoir un peu plus la liberté de faire les choix de vie qui vous conviennent réellement (et donc la liberté de dire parfois ‘’Fuck you, ceci ne me plaît pas. Je m’en vais’’).

.

Mais je n’ai pas encore répondu à la question : comment parvient-on à se constituer des revenus passifs ?

Il s’agit d’investir afin de créer des sources de revenu supplémentaire qui vous apporteront une rémunération sans rapport avec ce que vous faites de vos journées. Ces revenus passifs proviennent d’une certaine somme d’argent investie pour produire des intérêts : ce sont ces intérêts réguliers qui vous servent de ‘salaire’. Et ces revenus vous parviendront en plus du salaire éventuel que vous pourrez gagner avec un emploi rémunéré.

Comme j’en parlais précédemment avec les deux principes du chameau et de la cigale, vous serez mieux loti si vous êtes naturellement capable d’épargner 1000 euros plutôt que de claquer cette somme dans un nouvel écran plat haute définition. Ces mille euros si vous les placez à 5% d’intérêts annuels, vous rapporteront 50 euros par an pour le reste de votre vie. Cinquante euros ce n’est pas assez ? Et bien cumulez… c’est exactement comme cela que ça démarre la constitution d’un revenu passif. Pour toucher par exemple environ 300 euros par mois, toute votre vie, vous devrez placer une somme de 90.000 euros sur deux ou trois supports financiers qui rapportent 5% avant impôt.
L’accroissement de votre richesse a des vertus euphorisantes, vous le constaterez en comprenant que l’ensemble s’auto-alimente :
________________________salaire > épargne > investissements > revenus passifs > salaire(s).
… mais tout cela sera une conséquence de votre comportement frugal, y compris si vous êtes bénéficiaire d’un riche héritage, d’un gain de loterie ou de la revente de diamants dérobés sur une piste d’aéroport.

.

Loin de moi maintenant l’idée de vous conseiller sur le choix de ces supports financiers, hormis préciser que la diversification est salvatrice car si l’une des sources se tarit, les autres continueront de vous irriguer. Comme disait ma grand-mère, il ne faut pas mettre tous ses œufs dans le même panier.
D’autre part, j’attire votre attention sur le fait que des revenus réguliers c’est une bonne chose, mais vous devez également prendre en compte l’aspect patrimonial. Toucher des revenus grâce à vos placements est une chose… mais toute votre  »surface financière » doit être équilibrée. Votre patrimoine tout entier doit être réparti durablement (comme dirait Warren Buffet) ce qui signifie que si vous étiez contraint de ne plus pouvoir gérer votre argent pendant cinq ans, vous devez être à peu près capable de prédire les résultats la sixième année parceque vous investissez sur des supports fiables, qui reflètent une activité digne de confiance en termes financiers.
Vos investissements doivent être diversifiés, rémunérateurs ET fiables à long terme. L’erreur des petits jeunes est de préférer la rémunération à la fiabilité et ça s’appelle de la spéculation.
Ce n’est ni fiable, ni propice à vous assurer un avenir tranquille…
Du reste, avec un patrimoine correctement diversifié ce n’est pas 5% de rendement avant impôts que vous pouvez attendre, c’est 7 ou 8%… mais par mesure de prudence, vous considérerez que chaque investissement rapportera au maximum 4%. Pas plus. Espérez le meilleur, mais préparez le pire.

.

La  »sagesse » populaire actuelle, issue d’une éducation financière médiocre, consiste à reproduire le modèle dominant, à savoir majoritairement devenir propriétaire de sa résidence principale. C’est maintenant à vous de faire vos comptes, au sens propre. De combien d’argent avez-vous besoin réellement par an, pour assurer le minimum vital ? Au lieu d’une stupide maison à 250.000 euros qui vous coûtera de l’argent, combien vous rapportera cette somme si vous l’investissez à 5% par an ?
Et voilà, c’est fait : à partir du moment où vos revenus passifs garantissent que vous ne passerez jamais sous le seuil de pauvreté, vous êtes financièrement indépendant(e). Vous pouvez travailler pour l’argent de poche et dire fuck you quand on vous marche sur les pieds trop longtemps.
… ce qui me ramène à mon propos de départ sur la médiocrité des enseignements économiques fondamentaux, car ce n’est pas à 30 ou 40 ans qu’on doit apprendre cela, c’est avant le baccalauréat.

.

Pour le dire autrement (encore !), toute cette histoire de revenus passifs permet une chose : être en position de force. Vous aurez la force de refuser tout autant que vous aurez la force d’assumer vos choix de vie. C’est l’illustration que l’indépendance financière est un outil d’émancipation et de libération au niveau individuel, face aux multiples contraintes sociales et économiques qui s’exercent sur nous au quotidien (à commencer par vous libérer de la dépendance au modèle consumériste). A bien y réfléchir d’ailleurs, toutes les positions de force sont bonnes à acquérir à l’échelle individuelle -car chacune nous libère.  
Sujet de thèse de doctorat en vue du prix Nobel d’Économie : combien de temps survivrait la civilisation mondiale actuelle si le principe du revenu passif était enseigné au lycée, avec comme philosophie sous-jacente l’émancipation de l’individu ?

.

Nous verrons cependant la semaine prochaine  que quand on n’est pas à cent euros près, il est très facile de donner des conseils stupides aux personnes qui sont à dix euros près…

.
.

.

.

Publicités
 

One Response to “Finances personnelles (2) : les revenus passifs”

  1. Je vous remercie beaucoup pour cette incroyable source d info.


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s