The blog of blog of blogs

Les aventures d'un ethnologue dans le grand monde

Citation (15) : Vous êtes spécial comment ? 1 juillet 2013


.

Extraits du discours du directeur David Mc Cullough, pour la cérémonie de clôture de l’année scolaire 2011-2012, lycée de Wellesley, USA.

.

… »Nous y voilà… la grande cérémonie rituelle du Commencement. La cérémonie qui marque une vie.
(Ne me parlez pas des mariages, les mariages sont des cérémonies peu efficaces et déséquilibrées : les statistiques nous prouvent que la moitié d’entre vous divorcera, un jour)
Non. Cette cérémonie… ce Commencement…. A partir de ce jour, vraiment, en bonne santé ou dans la maladie, malgré vos fiascos financiers, malgré votre prochaine crise de la quarantaine […] malgré une intolérance qui s’accroît avec l’âge, vous resterez à jamais diplômés de ce lycée. Vous et votre diplôme, unis jusqu’à ce que la mort vous sépare.

.

Un Commencement est le cérémonial qui marque le commencement d’une existence, avec tout le symbolisme qui va avec.
Regardez par exemple où nous-nous trouvons cet après-midi. D’habitude j’évite les clichés mais ici nous sommes littéralement sur un terrain nivelé. Cela veut dire quelque chose. Et votre costume de cérémonie… informe, unisexe, taille unique. Que vous soyez garçon ou fille, grand ou petit, premier de la classe ou mauvais élève, reine de bal ou assassin dans un jeu intergalactique de X-box; chacun d’entre vous est habillé -vous avez remarqué- exactement de la même manière. Et votre diplôme… mis à part votre identité inscrite dessus, est le même que n’importe qui d’autre.

.

Tout cela est très bien ainsi, parce qu’aucun de vous n’est spécial. Vous n’êtes pas spécial. Vous n’êtes pas exceptionnel.

.

Oui, des adultes compétents se sont occupés de vous alors qu’ils avaient d’autres choses à faire.
Ils vous ont portés, nourris, essuyés la bouche, essuyés les fesses, appris, lu des livres, conseillés, encouragés, consolés et encouragés de nouveau. Oui vous l’avez été. Et, certainement, nous sommes allés assister à vos tournois, à vos jeux, à vos exposés de sciences.
Absolument, des sourires s’allument lorsque vous entrez quelque part et des centaines de battements de cœur accueillent chacun de vos rires.

Et maintenant vous avez conquis le lycée… et indiscutablement, ici, nous-nous sommes tous rassemblés et battus pour vous.

Mais n’imaginez pas que cela fait de vous quelqu’un de spécial. Parce que vous ne l’êtes pas.

.

.

Les preuves matérielles sont partout. Ce sont des chiffres que même un professeur d’anglais ne peut ignorer. A travers tout le pays, pas moins de 3.2 millions de lycéens sont diplômés de plus de 37.000 écoles. Et pourquoi nous limiter aux lycées ? Après tout, vous n’y viendrez plus !
Alors pensez à ceci : même si vous êtes unique sur un million, sur une planète de 6.8 milliards d’habitants cela signifie qu’il y a au moins 7.000 personnes juste comme vous. Imaginez une course de marathon où courraient 6.999 vous.
Et là vous allez commencer à pleurnicher : « Mais Dave, Walt Whitman me dit que je suis ma propre version de la perfection ! Et Épictète affirme que j’ai l’étincelle de Zeus ! » …et je n’en disconviens pas. Donc cela fait 6.8 milliards d’étincelles de Zeus.
Vous voyez, si tout le monde est spécial alors personne ne l’est.
Si tout le monde reçoit un
trophée alors les trophées ne servent plus à rien. Par définition il ne peut y avoir qu’un meilleur. Vous l’êtes, ou pas.

[…] Nous les américains nous avons appris récemment à apprécier les accolades plus que la réussite authentique.
Nous somme heureux d’abaisser nos standards ou d’ignorer la réalité, si nous pensons que le chemin sera plus rapide pour nous promener avec des ornements et des trophées.
La reconnaissance de la réussite authentique n’est plus le standard qui permet d’évaluer tous les autres. Ce n’est plus comme ça qu’on joue le jeu. Ce n’est plus comme ça qu’on gagne ou qu’on perd, ou qu’on apprend et qu’on s’améliore, ou qu’on apprécie juste de jouer.
Maintenant c’est :  »Qu’est ce que ça va me rapporter ? » En conséquence, nous dévaluons les comportements valeureux qui exigent des efforts; les seuls qui portent vers la réussite authentique.

Si vous avez appris quelque chose durant vos années ici j’espère que c’est que l’éducation sert à acquérir l’exaltation d’apprendre, plutôt que l’avantage matériel. Vous aurez appris également, comme l’enseignait Sophocle, que la sagesse est l’élément clé du bonheur (en deuxième, il y a les crèmes glacées). J’espère aussi que vous aurez appris combien vous savez peu… pour le moment… puisque aujourd’hui est un commencement.

Ce qui compte, c’est où vous allez à partir d’aujourd’hui.

Puisque vous allez commencer, donc, et avant que vous partiez je vous implore de faire tout ce que vous ferez pour rien d’autre que la foi en son importance.
Ne vous ennuyez pas dans un travail auquel vous n’accordez pas d’importance; ou avec un mari ou une épouse dont vous n’êtes pas totalement amoureux. Résistez au confort de la complaisance, aux éclats du matérialisme et à la paralysie de l’auto-satisfaction.
Vous devrez mériter vos avantages.
Et lisez… lisez tout le temps… lisez par principe et par respect de vous même. Rêvez grand. travaillez dur. Pensez par vous-même.

.

La vie épanouissante, la vie qui vaut la peine, c’est une conséquence. Ce n’est pas quelque chose qui vous tombe sur les genoux juste parce que vous êtes une gentille personne ou parce que maman l’a commandé pour vous au magasin. Vous aurez remarqué que nos Pères Fondateurs en ont bavé pour sécuriser votre droit inaliénable à vivre, à être libre et à poursuivre le bonheur -un verbe très actif, ‘poursuivre’- ce qui laisse très peu de temps pour regarder des perroquets faire du roller sur Youtube.
Mon propos est que vous devez vous y mettre. Travaillez. Bossez dur pour construire votre vie.
N’attendez pas que l’inspiration ou la passion vous transperce.

Grimpez des montagnes pour mieux voir le monde, pas pour que le monde vous y voie.

Alors vous découvrirez la grande et curieuse vérité de l’expérience humaine que l’oubli de soi est la meilleure chose qui puisse arriver. Les plus douces joies de la vie vienne seulement lorsqu’on reconnaît qu’on n’a rien de spécial.

Parce que tout le monde l’est.

Félicitations. Bonne chance. Et pour votre salut et le nôtre : faites-vous des vies extraordinaires. »

.

.

 

One Response to “Citation (15) : Vous êtes spécial comment ?”

  1. […] Dans l’intervalle, je dirais que vous écoutez trop les discours populistes qui rendent les pauvres haïssables et les riches aimables, alors que bien entendu la qualité d’une personne n’est pas liée à la taille de son compte bancaire. Nous parlons de patrimoine financier, pas de valeur individuelle. Le fait d’avoir de l’argent ne fait pas de vous quelqu’un de spécialement excepti… […]


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s